Syrie: Les rebelles avancent dans la province centrale de Hama

20 Minutes avec AFP

— 

Google map de Hama, en Syrie.
Google map de Hama, en Syrie. — Capture d'écran Google map

Les rebelles en Syrie ont progressé dans la province centrale de Hama, cherchant à neutraliser un aéroport militaire utilisé par les avions du régime pour bombarder leurs fiefs, ont indiqué mardi un commandant rebelle et une ONG.

«Les rebelles sont maintenant à neuf kilomètres de l'aéroport militaire de Hama, qu'ils veulent mettre hors d'action», a précisé le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Centre névralgique de l’aéroport

Selon un commandant rebelle qui se fait appeler Hassan, cet aéroport est important car «le régime y fabrique les barils d'explosifs, et l'utilise pour mener des raids aériens sur les zones» rebelles.

Les barils d'explosifs, dont l'utilisation a été dénoncée par les organisations des droits de l'Homme car ils ne font pas de distinction entre objectifs civils et militaires, ont tué des centaines de civils, notamment dans les zones rebelles de la province septentrionale d'Alep.

Selon l'OSDH, les rebelles ont pris avant l'aube un barrage important au nord-ouest de la ville de Hama contrôlée par le régime. La prise du barrage de Tarabih intervient après celle dimanche de dépôts d'armes de l'armée dans la région.

«Le régime a essuyé plusieurs défaites à Hama ces derniers jours», a indiqué Rami Abdel Rahmane.

Défaites du régime

En avançant, les rebelles ont coupé la route reliant la cité de Hama à des villages chrétiens et alaouites sous contrôle du régime, dans l'ouest de la province, a-t-il ajouté.

Selon le commandant rebelle, le régime a envoyé des renforts pour reprendre ces secteurs «ce qui limitera leurs capacités dans d'autres régions comme à Alep».

Depuis plusieurs mois, l'armée de l'air utilise les barils d'explosifs, fabriqués dans l'aéroport militaire de Hama, pour mener ses raids aériens.

A Alep seulement, ces frappes ont tué depuis décembre des centaines de civils y compris des enfants, et contraint des milliers de familles à fuir.

Le conflit en Syrie a tué plus de 170.000 personnes et forcé plus de la moitié de la population à quitter leurs foyers.