Crash Air Algérie: La deuxième boîte noire retrouvée

CRASH La deuxième boîte noire de l'avion qui s'est crashé ce jeudi a été retrouvée...

20 Minutes avec AFP

— 

Capture d'écran d'une vidéo de l'armée française des débris de l'avion d'Air Algérie dispersés le 25 juillet 2014 dans la région de Gossi au Mali
Capture d'écran d'une vidéo de l'armée française des débris de l'avion d'Air Algérie dispersés le 25 juillet 2014 dans la région de Gossi au Mali — - ECPAD / EMA /

Des experts de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma) déployés dans la zone du crash de l’avion d’Air Algérie dans ce pays ont retrouvé la deuxième boîte noire de l’appareil, a annoncé la porte-parole de la Minusma, Radhia Achouri.

«La deuxième boîte noire de l’avion a été retrouvée ce samedi matin sur le site du crash» par des experts de la Minusma déployés sur place, dans la zone de Gossi, à environ 100 km de Gao (nord du Mali), a affirmé à l’AFP Mme Achouri, jointe depuis Dakar. La première boîte noire avait été récupérée et acheminée vendredi vers Gao par des militaires français, selon Paris.

Les enquêteurs du BEA au Mali

Les enquêteurs du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) français étaient attendus samedi après-midi sur le site du crash de l’avion d’Air Algérie, qui a fait 118 victimes dans le nord du Mali. «Ils sont en train de se rendre sur le site de l’accident», a indiqué une porte-parole de cette instance dépendant du ministère des Transports.

«Ils doivent arriver dans l’après-midi sur le site de l’accident, où ils sont acheminés par hélicoptère», a-t-elle précisé. L’avion, loué par Air Algérie auprès de la société espagnole SwiftAir, était parti de Ouagadougou pour Alger dans la nuit de mercredi à jeudi. Cinquante minutes après son décollage, il s’est écrasé au-dessus du territoire malien, dans la zone de Gossi, proche de la frontière avec le Burkina Faso, à environ 100 km de Gao (nord-est du Mali).

A bord, se trouvaient 118 personnes: 112 passagers - dont 54 Français, 23 Burkinabés, 8 Libanais, 6 Algériens et des ressortissants de plusieurs autres pays - et six membres d’équipage, tous espagnols. Il n’y a pas eu de survivant.

Des représentants des 118 victimes du crash se sont rendus samedi sur le site de la catastrophe, tandis qu’à Paris, les familles des victimes françaises devaient être reçues par le président François Hollande dans l’après-midi.