Etats-Unis: Nouvelle exécution bâclée d'un condamné à mort

PEINE DE MORT L'homme a agonisé près de deux heures, en pleine polémique sur l'efficacité du produit utilisé pour les exécutions...

P.B. avec AFP

— 

Illustration d'une chambre d'injection létale aux Etats-Unis.
Illustration d'une chambre d'injection létale aux Etats-Unis. — RIC FELD/AP/SIPA

«Joseph Wood a mis deux heures pour mourir et il a suffoqué et cherché sa respiration pendant environ une heure et quarante minutes.» Ses avocats dénoncent «une horreur qui était absolument prévisible».

Cette exécution particulièrement longue, alors que la mort intervient en général au bout d'une dizaine de minutes, est survenue sur fond de polémique aux Etats-Unis entourant l'efficacité et l'origine des produits utilisés pour les injections létales.

L'Arizona va passer en revue le procédé

Les avocats avaient déposé, en vain, plusieurs recours, mardi, pour tenter de faire repousser l'exécution de Wood, condamné pour les meurtres de son ex-petite amie et du père de celle-ci en 1989. Ils avaient contesté jusque devant la Cour suprême des Etats-Unis le voile du secret qui entoure la procédure d'injection létale dans cet Etat, comme dans nombre d'autres pratiquant la peine capitale.

L'Arizona s'était contenté de dire que Wood serait exécuté avec les mêmes produits utilisés lors d'une exécution controversée en janvier en Ohio au cours de laquelle le condamné s'était agité et avait gémi pendant 26 minutes. Il s'agit d'un cocktail de l'anesthésiant midazolam combiné à de l'hydromorphone, un dérivé de la morphine. Mercredi soir, la gouverneure, Jan Brewer, a toutefois annoncé que le procédé serait passé en revue.