MH17: Le train avec les corps est arrivé à Kharkiv

ENQUÊTE Les corps devraient désormais être transportés à Amsterdam…

20 Minutes avec AFP

— 

Des membres de l'OSCE devant les wagons où se trouvent les corps des victimes du crash le 21 juillet 2014 à Torez
Des membres de l'OSCE devant les wagons où se trouvent les corps des victimes du crash le 21 juillet 2014 à Torez — Bulent Kilic AFP

Le train réfrigéré transportant les corps des passagers du vol MH17, probablement abattu jeudi dernier par un missile, est arrivé mardi peu avant midi à Kharkiv, ville contrôlée par le gouvernement de Kiev.

Les corps des victimes doivent être remis à une délégation néerlandaise qui les transportera par avion à Amsterdam où ils seront identifiés avant d'être remis aux familles, par l'intermédiaire des services de leurs pays.

Le site du crash altéré «à une échelle industrielle»

Par ailleurs, le site du crash de l'avion de Malaysia Airlines a été altéré « à une échelle industrielle », a déclaré ce mardi Tony Abbott le Premier ministre australien, évoquant «une tentative de maquiller les preuves».

«Il reste un très très long chemin à parcourir», a déclaré devant la presse Tony Abbott, à propos du rapatriement des corps des 28 Australiens tués dans le crash et des efforts pour déférer devant la justice les responsables du tir du missile qui a vraisemblablement abattu l'appareil.

Les lieux de la catastrophe «ont été piétinés depuis le tout début et nous n'avons pas vu seulement toute sorte d'individus trainer et ramasser des débris, nous avons vu aussi des équipements lourds venir sur les lieux», a déclaré le chef du gouvernement, qui avait qualifié ce week-end le site du crash de «totalement chaotique». «Les dernières images font penser à un site de démolition. Et c'est inacceptable», a-t-il renchéri mardi.

Les deux boites noires remises par les rebelles prorusses

Dans la nuit de lundi à mardi, les rebelles prorusses ont remis à une délégation malaisienne les deux boîtes noires de l'avion de ligne. Ils ont en même temps annoncé un cessez-le-feu dans un rayon de dix km autour du site du crash du vol Amsterdam-Kuala Lumpur de Malaysia Airlines pour faciliter l'enquête sur sa chute, due, selon les Etats-Unis, à un missile tiré de la zone contrôlée par les rebelles.