Gaza: Kerry laisse filtrer son irritation devant un micro resté branché à son insu

ISRAËL « Je crois qu’il faut qu’on y aille », a lancé le secrétaire d’Etat américain à un de ses bras droits juste avant de passer à la télévision…

20 Minutes avec AFP

— 

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry le 13 juillet 2014 à Vienne
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry le 13 juillet 2014 à Vienne — Jim Bourg Pool

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry a laissé paraître son irritation vis-à-vis d’Israël, devant un micro resté branché à son insu, dimanche, entre des interviews télévisées. Les propos de John Kerry, qui évoquait les soldats israéliens tués à Gaza, s’adressant à un responsable du Département d’Etat Jonathan Finer, ont été entendus juste avant qu’il apparaisse dans l’émission «Fox News Sunday».

«Quelle opération ciblée, quelle opération ciblée»

«J’espère que qu’ils ne vont pas considérer cet événement comme une invitation à en faire plus!», a-t-il dit. «Il serait mieux qu’ils le prennent comme un avertissement».

Le secrétaire d’Etat s’est ensuite exclamé: «Quelle opération ciblée, en effet, quelle opération ciblée!», visiblement irrité par le bilan des morts civils dans l’opération israélienne.

«C’est de la folie de rester ici à ne rien faire. Allons-y»

Plus de 500 Palestiniens, en majorité des civils, ont été tués, depuis le début de l’offensive israélienne le 8 juillet, dans la Bande de Gaza. «Il faut qu’on y aille», entend-t-on dire Kerry sur l’enregistrement de dimanche. «Je crois, Jon, que nous devrions y aller ce soir. C’est de la folie de rester ici à ne rien faire. Allons-y.»

A l’animateur de Fox, Chris Wallace, qui lui demandait de s’expliquer sur ses propos, Kerry a réitéré le droit d’Israël à l’auto-défense. «Je crois que c’est très, très difficile dans ce type de situations, c’est, de toute évidence, très difficile», a déclaré M. Kerry.

«Il y a des gens qui sont sortis de tunnels. On a le droit d’y entrer et d’enlever ces tunnels. Nous soutenons cela totalement. Et nous soutenons le droit d’Israël à se défendre contre les tirs de roquettes qui continuent.» Kerry a ensuite exhorté le Hamas de faire preuve de raison et «comprendre que s’il accepte le cessez-le-feu, il sauve des vies».

Le secrétaire d’Etat américain s’est rendu en Egypte lundi, pour des négociations de paix sur Gaza, après l’appel du président américain Barack Obama à un "cessez-le-feu immédiat entre Israël et les Palestiniens.