Crash du vol MH17: Des enquêteurs néerlandais examinent les corps

UKRAINE Ils ont pu ouvrir les cinq wagons contenant les corps…

20 Minutes avec AFP

— 

Des membres des services de secours ukrainiens à la recherche des corps des victimes du crash de l'avion malaisien, le 20 juillet 2014 près de Grabove dans la région de Donetsk
Des membres des services de secours ukrainiens à la recherche des corps des victimes du crash de l'avion malaisien, le 20 juillet 2014 près de Grabove dans la région de Donetsk — Bulent Kilic AFP

Une équipe d'enquêteurs néerlandais a examiné lundi les corps des victimes du crash du vol MH17 déposés à bord d'un train à Torez en Ukraine, près du site de la catastrophe, en zone rebelle.

Un masque sur le visage, accompagnés par des représentants de l'OSCE, les enquêteurs ont ouvert les cinq wagons qui étaient censés être réfrigérés, mais apparemment ne l'étaient pas, une très forte odeur de corps en décomposition faisant vaciller certaines personnes, y compris parmi l'escorte des rebelles.

«Le stockage des corps est de bonne qualité», a cependant brièvement déclaré Peter Van Vilet, expert médico-légal hollandais, responsable de la mission dans l'Est, au milieu de 50 hommes en armes devant la gare de Torez. La délégation a ensuite annoncé qu'elle se rendait sur les lieux du crash.

Faire partir les trains vers le territoire contrôlé par l’Ukraine

Aux Pays-Bas, le Premier ministre hollandais Mark Rutte a déclaré que l'objectif de son pays était de faire partir les trains vers le territoire contrôlé par l'Ukraine, de préférence la grande ville voisine de Kharkiv.

« Les séparatistes ont dit que les observateurs internationaux doivent être présents au départ du train. Les experts hollandais sont des observateurs internationaux, ils peuvent remplir ce rôle », a-t-il ajouté.

L'Ukraine est prête à confier la coordination de l'enquête internationale sur le crash de l'avion malaisien, probablement abattu par un missile, aux Pays-Bas, « le pays qui a le plus souffert », a déclaré lundi à Kiev le Premier ministre Arseni Iatseniouk.

« Nous avons trouvé 272 corps (sur 298), 251 sont déjà dans le train réfrigéré. (...) Nous sommes prêts à envoyer tous les corps à Amsterdam » pour procéder à leur autopsie et à toutes les expertises indépendantes nécessaires, a ajouté M. Iatseniouk au cours d'une conférence de presse.