Gaza: Abbas demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU

PROCHE-ORIENT Le président palestinien est arrivé dimanche à Doha pour des entretiens avec le chef du Hamas Khaled Mechaal en vue d'une trêve à Gaza. Il y sera rejoint par le secrétaire Général des Nations-Unies, Ban Ki-moon...

20 Minutes avec AFP

— 

Des Palestiniens fuient le quartier de Chajaya, à l'est de la ville de Gaza, victime d'un bombardement israélien meurtrier, le 20 juillet 2014.
Des Palestiniens fuient le quartier de Chajaya, à l'est de la ville de Gaza, victime d'un bombardement israélien meurtrier, le 20 juillet 2014. — Lefteris Pitarakis/AP/SIPA

Le président palestinien Mahmoud Abbas, en visite au Qatar, a appelé à une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU après la mort d'au moins 100 Palestiniens à Gaza dimanche.

«J'appelle à la tenue d'une réunion d'urgence du conseil de sécurité de l'ONU», a déclaré Mahmoud Abbas dans une allocution télévisée, ajoutant que la situation à Gaza était «insupportable». «Ce que les forces d'occupation ont fait aujourd'hui à Chajaya est un crime contre l'humanité, un crime atroce et ceux qui ont commis ce crime vont être poursuivis et punis», a-t-il ajouté, en référence au bombardement mené dimanche dans une banlieue à l'Est de la ville de Gaza. Il s'agit du bombardement le plus meurtrier depuis le début du conflit le 8 juillet, avec au moins 62 morts Palestiniens selon Achraf al-Qoudra, le porte-parole des services d'urgence.

«Trouver une issue» au conflit

Mahmoud Abbas est arrivé dimanche à Doha pour des entretiens avec le chef du Hamas Khaled Mechaal en vue d'une trêve à Gaza. Il y sera rejoint par le secrétaire Général des Nations-Unies, Ban Ki-moon, qui a entamé dimanche une tournée au Moyen-Orient qui devrait le mener au Qatar, puis au Caire, à Jérusalem, Ramallah et Amman.

L'ONU a expliqué samedi que Ban Ki-moon voulait agir «en concertation avec les acteurs régionaux et internationaux, pour mettre fin à la violence et trouver une issue» au conflit. Mahmoud Abbas a également rappelé dimanche son soutien au plan égyptien pour un cessez-le-feu, qui a été refusé par le Hamas et accepté par Israël.