Une image prise du décollage du vol MH17 de la Malaysia Airlines alors qu'il quitte l'aéroport international de Schiphol d'Amsterdam aux Pays-Bas le 17 juillet 2014
Une image prise du décollage du vol MH17 de la Malaysia Airlines alors qu'il quitte l'aéroport international de Schiphol d'Amsterdam aux Pays-Bas le 17 juillet 2014 — Fred Neeleman ANP

DRAME

Crash du vol MH17: «La Malaysia Airlines ne peut pas faire faillite»

L’action de la compagnie aérienne a plongé au lendemain du crash de son Boeing 777 en Ukraine…

Ce deuxième événement dramatique est-il le coup de grâce pour la Malaysia Airlines? Après la disparition en mars dernier d’un Boeing 777 transportant 239 passagers au-dessus de l’Océan Indien sans laisser de traces, la compagnie aérienne connaît quatre mois plus tard une nouvelle catastrophe. Un Boeing 777 avec 298 passagers s’est écrasé jeudi en Ukraine. Une situation inédite dans le monde aéronautique pouvant avoir de lourdes conséquences économiques pour le groupe.

L’action de la compagnie aérienne a plongé de plus de 15 % ce vendredi matin à l’ouverture de la Bourse de Kuala Lumpur. L’action a même chuté de 17,8 % par rapport à la clôture de la veille à 0,185 ringgit, soit 4 centimes d’euro. Elle s’est redressée un peu ensuite mais le titre continue à perdre plus de 10 %. Une situation critique pour cette compagnie qui souffre financièrement depuis plusieurs années.

>> Suivez les événements de la journée par ici

«Une surréaction des marchés financiers»

En effet, ces deux drames coup sur coup viennent s’ajouter aux pertes enregistrées depuis plusieurs années. La Malaysia Airlines, détenue à 70 % par le fonds d’investissement de l’État malaisien Khazanah Nasional, a enregistré une perte de 1,17 milliard de ringgits (environ 257 millions d’euros) en 2013. Selon plusieurs analystes, les piètres performances de ces dernières années s’expliquent en grande partie par une direction médiocre, l’interférence du gouvernement, un sureffectif et des syndicats surpuissants et rétifs aux changements.

Malgré cette situation proche du chaos «la Malaysia Airlines ne peut pas faire faillite», affirme François Collet, expert en économie du transport aérien pour le cabinet Collet Consulting, qui déplore également la «surréaction des marchés financiers». «Toutes les compagnies aériennes sont assurées en cas d’accident. D’autant que la question de la responsabilité et la cause du drame peuvent modifier certains paramètres. Certes, ça va être un choc économique pour le groupe car le montant des dommages va sûrement dépasser les garanties de l’assurance mais la compagnie ne peut pas disparaître».

Pour lui, il y aura une grande remise en cause, sans doute une fuite des clients les premiers temps, mais la Malaysia Airlines reste «une compagnie asiatique majeure basée sur l’importante plateforme aéroportuaire de Kuala Lumpur».