Japon: Après ses excuses en pleurs, le député japonais hystérique reçoit la visite de la police

POLITIQUE L'élu devenu star du Net est soupçonné de corruption...

N.Beu. avec AFP
— 
Le député japonais Ryutaro Nonomura lors de ses excuses publiques le 2 juillet 2014.
Le député japonais Ryutaro Nonomura lors de ses excuses publiques le 2 juillet 2014. — NEWSCOM/SIPA

Cela ne s'arrange pas pour l'élu de province japonais devenu star du Net grâce à ses excuses publiques ponctuées de hurlements et de coups de poing sur la table: non seulement il a dû démissionner mais la police vient de perquisitionner chez lui, à Nishinomiya (ouest).

Vendredi matin, une escouade d'agents a ratissé l'appartement de Ryutaro Nonomura et est repartie les bras chargés de cartons, selon les images des télévisions. Les policiers étaient à la recherche de documents prouvant les détournements de fonds présumés de Nonomura, un élu d'un parlement régional de 47 ans.

Des excuses hystériques

Début juillet, ce dernier était apparu en conférence de presse à Kobe (ouest), pour s'expliquer sur ses indélicatesses portant sur environ 30.000 euros d'argent public utilisé pour des voyages divers et de multiples séjours dans des établissements de bains. Le tout sans factures. Mais les enquêteurs pensent désormais que le préjudice pourrait être au moins deux fois plus important.

Normalement, une séance d'excuses au Japon est un exercice empreint de solennité, de retenue, le pénitent souvent en strict costume sombre s'inclinant à angle droit devant les médias en signe de repentance. Mais cette fois, malgré une mise très sobre, le député hystérique s'était déchaîné: pleurs, cris rauques de désespoir, coups de poings sur la table, larmes en cascade.

Malgré sa notoriété internationale immédiate sur la Toile, il fut contraint de démissionner une semaine plus tard.