Crash du vol MH17: L'avion abattu par erreur par les séparatistes pro-russes?

UKRAINE Selon une thèse étayée par des conversations interceptées par le renseignement ukrainien, ils pensaient viser un avion de transport militaire...

P.B. avec AFP
— 
Illustration de missiles russes Bouk M2.
Illustration de missiles russes Bouk M2. — M.METZEL/AP/SIPA

Le tir d'un missile sol-air est la thèse privilégiée par le renseignement américain pour expliquer le crash du vol MH17, qui a fait 295 victimes, jeudi. Reste à savoir qui l'a tiré. Alors que Kiev et Moscou se renvoient la balle et que Washington se garde de désigner un responsable, une thèse a émergé dans la soirée: celle d'une bavure des séparatistes pro-russes, qui auraient abattu l'appareil en pensant viser un avion militaire ukrainien. Un scénario à prendre, pour l'instant, avec des pincettes.

«Un oiseau est tombé»

«Le ministre de la Défense» des séparatistes, Igor Strelkovn, a d'abord publié plusieurs messages sur ce qui serait son profil Vkontatke, le «Facebook» russe. «On vient d'abattre un An-26 près de Snijné, il traîne quelque part derrière la mine Progress», a-t-il écrit à 15h37 (heure de Paris), faisant référence à un gros avion de transport utilisé par l'armée ukrainienne. Le vol MH17, lui, a disparu des radars à 15h20, dans la même région.

Strelkovn a ensuite publié une vidéo montrant une épaisse fumée noire s'élevant de l'endroit d'impact de l'appareil abattu. Cette dernière offre une grande ressemblance avec des images présentées sur YouTube comme étant celles de la chute de l'avion de ligne malaisien. «Un oiseau est tombé», commence Strekkovn.

«Des missiles sol-air saisis»

Dans une déclaration à l'agence russe Interfax, un porte-parole des séparatistes a affirmé qu'ils ne possédaient pas d'armes capables d'abattre un avion de ligne. Mais dans l'après-midi, un tweet publié sur le compte officielle de la «République populaire de Donetsk» autoproclamée se vantait d'avoir «saisi des missiles sol-air Bouk» à un régiment de l'armée ukrainienne. Le message a depuis été effacé. La veille, Kiev avait accusé Moscou d'avoir fourni de tels missiles, qui sont capables d'atteindre une cible à 25 km d'altitude, aux rebelles.

Dans la soirée, les services de sécurité ukrainiens (SBU) ont publié l'interception de ce qu'ils ont présenté comme une conversation entre deux chefs séparatistes après l'examen du lieu du crash:

- «Ce sont les gars du check-point Tchernoukhine qui ont abattu l'avion. Il s'est désintégré dans l'air», dit l'un d'eux, identifié comme «Major».

- «Et alors?» demande l'autre, «Grek».

- «C'est un avion civil à 100%» (...).

- «Y a-t-il des armes?»

- «Non, rien, seulement des affaires civiles».

Washington, de son côté, cherche, via sa surveillance satellite et radar de la région, à déterminer d'où a été tiré le missile. L'enquête est loin d'être terminée.