Iran Air, Korean Air Lines... Les précédents avions de ligne abattus

TRANSPORT Le dernier drame remonte à 1988 avec les frappes contre un vol d'Iran Air qui avait entraîné la disparition de 290 personnes...

M.B.

— 

Un avion de Malaysia Airlines sur le tarmac de l'aéroport international de Kuala Lumpur le 16 juin 2014
Un avion de Malaysia Airlines sur le tarmac de l'aéroport international de Kuala Lumpur le 16 juin 2014 — Manan Vatsyayana AFP

Une nouvelle tragédie pour la compagnie de la Malaysia Airlines à quatre mois d’intervalle. Après la disparition toujours inexpliquée du vol MH370 avec 239 personnes à bord, le 8 mars dernier, le vol MH 17 qui s’est écrasé ce jeudi près de la ville de Chakhtarsk, dans l’est de l’Ukraine en pleine zone de guerre, aurait pu être abattu.

>> Suivez en direct les dernières informations sur la disparition du vol MH 17 par ici

Selon les dernières informations, les 295 passagers et membres d’équipages auraient été tués, ce qui ferait de cette catastrophe la septième la plus meurtrière dans l’histoire de l’aviation commerciale.

Vol 665 d’Iran Air: 290 victmes

Pour l’instant, les autorités ukrainiennes et le premier ministre de la République de Donetsk autoproclamé par les pro-russes, se renvoient la responsabilité du missile sol-air qui aurait frappé le Boeing 777 à 10.000 mètres d’altitude. «C’est le troisième cas tragique ces derniers jours, après les avions An-26 et Su-25 des forces armées ukrainiennes abattus depuis le territoire de la Russie», dénonce Petro Porochenko, le chef de l’Etat ukrainien.

Mais pour retrouver la trace d’un avion de ligne abattu, il faut remonter à septembre 1988 avec le vol 665 d’Iran Air touché par des missiles de la marine américaine au-dessus du Golfe Persique après une mauvaise communication entre l’USS Vincennes et les pilotes de l’Airbus A-300. Résultat: 290 victimes.

Vol KAL 007: 269 morts

Cinq ans plus tôt, c’est un Boeing 747 de la compagnie sud-coréenne Korean Air Lines qui avait été détruit par un avion de chasse soviétique après avoir violé l’espace aérien. Les 269 personnes du vol KAL 007 avaient été tuées.

En juin 2011, une autre catastrophe avait été évitée de justesse. Des militaires sud-coréens situés à la frontière de la Corée du Nord avaient tiré des centaines de coup de feu en direction d’un avion suspect qu’il pensait venir de Pyongyang. Erreur, il s’agissait selon Le Figaro «d’un Airbus A 321 d’Asiana Airlines avec 119 personnes à bord préparant son approche vers l’aéroport international d’Incheon, qui dessert Séoul». L’avion de ligne, hors de portée des tirs, n’avait pas été touché.