Syrie: Bachar al-Assad investi pour un troisième mandat présidentiel

MOYEN-ORIENT Le président syrien a prêté serment sur le Coran devant les députés...

N.Beu. avec AFP
— 
Syrian president Bashar al-Assad during his visit to the predominantly Christian city of Maaloula, Syria,. Syrian President Bashar al-Assad marked Easter by visiting a Christian town near Damascus recently recaptured by his forces, state media reported. Al-Assad's government has frequently portrayed itself as protecting Syria's religious minorities, a portrayal aided by the increasing dominance of hardline Islamist groups and jihadists in the armed opposition.Maaloula- Syria 20/04/2014/AY-COLLECTION_1646.01/Credit:AY-COLLECTION/SIPA/1404211649
Syrian president Bashar al-Assad during his visit to the predominantly Christian city of Maaloula, Syria,. Syrian President Bashar al-Assad marked Easter by visiting a Christian town near Damascus recently recaptured by his forces, state media reported. Al-Assad's government has frequently portrayed itself as protecting Syria's religious minorities, a portrayal aided by the increasing dominance of hardline Islamist groups and jihadists in the armed opposition.Maaloula- Syria 20/04/2014/AY-COLLECTION_1646.01/Credit:AY-COLLECTION/SIPA/1404211649 — SIPA

Le président syrien Bachar al-Assad a prêté serment mercredi pour un troisième septennat, lors d'une cérémonie au palais présidentiel à Damas.

Il a prêté serment sur le Coran devant les députés réunis en session extraordinaire et en présence de plus d'un millier d'invités, alors que le pays est ravagé par trois ans de guerre qui ont fait plus de 170.000 morts. «Syriens, des années ont passé depuis que certains ont crié "liberté"», a-t-il dit en entamant son discours d'investiture, en référence à l'opposition et à la rébellion qui luttent pour sa chute depuis mars 2011.

L'armée progresse

«Ils ont voulu une révolution, mais vous avez été les vrais révolutionnaires. Je vous félicite pour votre révolution et votre victoire», a-t-il lancé à l'adresse de ses partisans. «Ceux qui ont été déboussolés voient clair aujourd'hui (...) Les visages monstrueux se sont dévoilés, le masque de la liberté et de la révolution est tombé», a-t-il ajouté.

Le président Assad, réélu le 3 juin lors d'une élection dénoncée comme une «farce» par ses détracteurs, n'a jamais reconnu la contestation contre son régime qui a débuté par des manifestations pacifiques avant de se militariser puis dégénérer en guerre civile. Il prête serment alors que son armée a progressé face aux rebelles depuis un an, des djihadistes contrôlent l'est du pays et l'attention internationale est distraite par les multiples conflits qui secouent la région.