Fin de Serval au Mali, remplacée par l'opération régionale «Barkhane» contre le terrorisme au Sahel

A.-L.B. avec AFP

— 

Les troupes française pendant l'opération Serval au Mali, le 14 janvier 2013 
Les troupes française pendant l'opération Serval au Mali, le 14 janvier 2013  — ARNAUD ROINE/ECPAD/SIPA/1301171047

Comme l’avait publié 20 Minutes le 26 juin, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a annoncé ce dimanche la fin de l’opération militaire française Serval au Mali. Cette opération est remplacée par l'opération régionale «Barkhane» contre le terrorisme au Sahel.

L'opération Serval au Mali, lancée en janvier 2013, est «de fait terminée» et a «rempli sa mission» et elle sera remplacée «dans les jours qui viennent» par l'opération «Barkhane» pour lutter contre le terrorisme dans l'ensemble du Sahel, avec «3.000 militaires en tout», a annoncé dimanche le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Réorganisation des forces au Sahel

«Le président de la République a souhaité qu'il y ait une réorganisation de nos forces dans la zone» du Sahel, avec «l'opération Barkhane» dont «l'objectif est essentiellement du contre-terrorisme», a-t-il déclaré lors de l'émission «Le Grand Rendez-vous» Europe 1-Le Monde-iTélé.

Cette opération régionale Barkhane doit voir également la montée en puissance des armées africaines dans le dispositif militaire, parallèlement à la baisse progressive des effectifs français.

18 mois d’intervention

Les troupes françaises sont engagées au Mali depuis le 11 janvier 2013. Environ 1.000 militaires français sont actuellement basés au Mali, et 600 répartis entre le Tchad et le Niger.

Aux côtés des soldats français, se trouvent les forces armées maliennes, d’environ 7.000 hommes, et les effectifs de la Minusma (la mission de maintien de la paix des Nations unies) d’environ 8.000 hommes. La mission de l’ONU a récemment vu son mandat prorogé jusqu’au 30 juin 2015.