Iron Dome: La «botte secrète» israélienne contre les tirs palestiniens

CRISE Une seule batterie de ce système serait en mesure de défendre une ville comme Ashkelon, soit 100.000 habitants…

R.L.

— 

Tir d'un missile du système "Iron Dome" destiné à intercepter les roquettes palestiniennes, le 9 juillet 2014 près de la ville d'Ashod, près de la bande de Gaza
Tir d'un missile du système "Iron Dome" destiné à intercepter les roquettes palestiniennes, le 9 juillet 2014 près de la ville d'Ashod, près de la bande de Gaza — David Buimovitch AFP

Iron Dome (Dôme de fer) ou la protection ultime d’Israël. En effet, depuis le début de l’opération «Bordure protectrice» lancé lundi, ce système anti-missile a intercepté des dizaines de roquettes tirées de Gaza par les mouvements palestiniens. Cinq ont notamment été abattues ce mercredi 9 juillet.

Un procédé unique au monde développé par le groupe d’armement public Rafael Defense Systems basé à Haïfa dans le Nord d’Israël et financé en partie par les Etats-Unis.

>> A Revivre: Les événements de la journée de mercredi

Comment ça fonctionne?

Destiné à contrer les projectiles de courte et moyenne portée – roquette, obus d’artillerie Iron Dome permet donc d’abattre en vol des engins d’une portée de 4 à 70 kilomètres. En fait, le système repère la trajectoire de la roquette ennemie dès son lancement. Si celle-ci vise sur une zone habitée, Iron Dome tire un missile pour l’intercepter en vol.

Ce système comporte actuellement six batteries, qui comprennent chacune un radar de détection et de pistage, un logiciel de contrôle de tir et trois lanceurs équipés chacun de 20 missiles d’interception. Une seule batterie serait en mesure de défendre efficacement une ville comme Ashkelon (100.000 habitants), explique l’armée israélienne.

La première batterie a été installée en mars 2011 près de la ville de Beersheva dans le sud du pays. D’autres ont ensuite été déployées le long de la frontière de la bande de Gaza, puis à la frontière entre Israël et le Liban, afin de prévenir les tirs de roquettes du Hezbollah. Selon les statistiques de l’armée, son taux de réussite oscille entre 75 et 90 %.

Vidéo de présentation d’Iron Dome par le groupe d’armement public Rafael Defense Systems

Chaque tir revient à 50.000 dollars

Israël a annoncé avoir investi un milliard de dollars dans le développement et la production des batteries. Le Pentagone a prévu un financement de 220,3 millions de dollars pour l’exercice budgétaire 2014 et table sur 176 millions en 2015, après 204 millions de dollars en 2011 et 70 en 2012.

Chaque tir de batterie revient à environ 50.000 dollars, selon les médias israéliens. La mise en place du système décidée en 2005, avait d’ailleurs été retardée pour mieux former le personnel mais aussi parce qu’il semblait exagérément cher.