Remorquage du Costa Concordia: Retour en chiffres sur une opération historique

CHANTIER Deux ans et demi après son naufrage, le Costa Concordia devrait quitter l’île du Giglio pour Gênes dans une dizaine de jours…

Romain Lescurieux

— 

Grosseto est la ville la plus proche du site de la tragédie où plus d'un an plus tard, le navire fait l'objet d'une opération sans précédent destinée à le redresser, à le faire flotter et à le ramener jusqu'à un port pour le démanteler.
Grosseto est la ville la plus proche du site de la tragédie où plus d'un an plus tard, le navire fait l'objet d'une opération sans précédent destinée à le redresser, à le faire flotter et à le ramener jusqu'à un port pour le démanteler. —

Le compte à rebours est lancé. Après sa stabilisation, sa remise à la verticale en septembre 2013, l’ajout de caissons -dont le dernier a été installé il y a quelques jours-, l’épave du Costa Concordia est enfin prête pour une ultime traversée.

Sa remise à flot est prévue aux alentours du 20 juillet, pour un remorquage de quatre jours en direction de Gènes afin d’être démantelée, a annoncé jeudi dernier la société chargée des opérations, Concordia Wreck Removal Project. Retour en chiffres sur une opération historique pour ce paquebot qui a échoué le 13 janvier 2012, provoquant la mort de 32 personnes.

30.000 tonnes: C’est le poids de l’acier qui a été nécessaire pour les opérations de rotation et de renflouage. En effet, Le Costa Concordia fait 290 mètres de long, soit grand comme trois terrains de football, 60 mètres de haut et 114.500 tonnes. Pour le relever, il aura donc fallu 30.000 tonnes d’acier, soit quatre fois le poids de la Tour Eiffel. 56 câbles d’acier ont notamment enserré le navire, pour assurer la prise et le faire pivoter de l’autre côté.

19 heures: C’est le temps qu’a duré cette opération. Le redressement avait débuté lundi 16 septembre 2013 vers 9 heures du matin, avec trois heures de retard en raison d’un violent orage qui s’était abattu dans la nuit, compliquant la mise en place de la barge qui sert de centre de commandement. L’opération a finalement été un succès. Dès lors, le Costa Concordia reposait sur six plates-formes artificielles et sa stabilité était assurée à l’aide de caissons géants remplis d’eau.

500 personnes dont 120 plongeursC’est le nombre d’ingénieurs et de techniciens qui étaient présents sur le chantier. L’homme qui supervisait les travaux est Nick Sloane, un spécialiste mondial des renflouements. Ce Sud-Africain était en effet à la tête d’une équipe de 500 personnes de 30 nationalités différentes et il a tenu à remercier la population «compréhensive» de l’île.

114.500 tonnes d’acier à démanteler: le Costa Concordia devrait quitter l’île du Giglio ce 20 juillet pour être démantelé. Plusieurs ports italiens étaient candidats pour recevoir l’épave et ses 114.500 tonnes d’acier. Car ce marché, estimé à 100 millions d’euros, est synonyme de centaines d’emplois. A l’arrivée, Gênes a été préféré à Piombino en Toscane.

Entre 1,1 et 1,5 milliard d’euros: Entre le renflouement, les dommages occasionnés et la démolition du navire, le naufrage du Costa Concordia devrait se chiffrer entre 1,1 et 1,5 milliard d’euros. La démolition estimée à 100 millions d’euros vient s’ajouter à la facture d’un milliard d’euros consacrée au redressement et à la remise à flots de l’épave. «La facture finale devrait atteindre 1,5 milliard», a récemment déclaré le président du conseil d’administration de Costa Croisières, Michael Thamm, dans le journal allemand Bild am Sonntag.