Des forces de sécurité israéliennes patrouillent dans une rue de la ville arabe de Ar'Ara dans le nord d'Isräel, le 5 juillet 2014 après des heurts avec les Palestiniens
Des forces de sécurité israéliennes patrouillent dans une rue de la ville arabe de Ar'Ara dans le nord d'Isräel, le 5 juillet 2014 après des heurts avec les Palestiniens — Jack Guez AFP

PROCHE-ORIENT

VIDEO. Israël-Palestine: Les tensions expliquées en cinq questions

Après la découverte des corps de trois jeunes Israéliens enlevés le 12 juin, la situation entre Israël et Palestine s’est considérablement dégradée...

Après la découverte lundi dernier des corps de trois jeunes Israéliens enlevés le 12 juin, la situation entre Israël et Palestine s’est considérablement dégradée tout au long de la semaine. La mort d’un adolescent palestinien mercredi a intensifié le conflit et ces assassinats ont suscité des émeutes ce week-end dans certains quartiers d’Israël.

Vidéo: Maxime Deloffre

Vers un conflit généralisé?

La confrontation entre le Hamas et Israël, après la découverte des trois corps de jeunes Israéliens et la mort d’un adolescent palestinien, pourrait dégénérer en conflit généralisé. Depuis dimanche, au moins 14 projectiles se sont abattus sur le sud d’Israël. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé son gouvernement à la retenue: «L’expérience a prouvé que dans des moments comme aujourd’hui, nous devons garder la tête froide.»

Pourquoi la situation s’est-elle embrasée entre Israël et Palestine?

Lundi 30 juin, les corps de trois adolescents israéliens enlevés le 12 juin ont été retrouvés en Cisjordanie. Dans les heures qui ont suivi cette macabre découverte, Benjamin Netanyahu a identifié un coupable: «Le Hamas est responsable et le Hamas paiera.» Des menaces auxquelles le principal intéressé a répondu, déclarant que si Israël «se lançait dans une guerre ou une escalade, il ouvrirait les portes de l’enfer». Le phénomène d’escalade s’est encore intensifié quand un jeune palestinien a été retrouvé brûlé vif mercredi 2 juillet. Une mort rapidement considérée comme un acte de représailles des Israéliens.

Mort du Palestinien: où en est l’enquête?

Ouverte après la mort d’un jeune palestinien, l’enquête a mené dimanche à l’arrestation de six jeunes qui, selon un responsable israélien, «appartiennent apparemment à un groupe extrémiste juif». Ce lundi, trois des six jeunes interpellés ont avoué le meurtre du jeune palestinien. Pour la première fois, la police israélienne a annoncé que l’assassinat du jeune palestinien pourrait avoir des motifs politiques. Averti de l’avancée de l’enquête, Benjamin Netanyahu a assuré que «les auteurs de ce crime horrible subiraient toute la rigueur de la loi». Ce lundi, il a par ailleurs pris contact avec le père de la victime pour lui présenter ses condoléances.

Quelles violences pendant le week-end?

Des émeutes ont éclaté dans la nuit de samedi à dimanche dans plusieurs villes arabes du nord d’Israël après les funérailles du jeune palestinien à Chouafat. Puis, dans la nuit de dimanche à lundi, sept Palestiniens ont été tués, touchés par des frappes israéliennes sur la bande de Gaza. Ce lundi matin, quatre activistes de la branche militaire du Hamas ont été tués dans l’attaque d’un drone israélien dans le sud de la bande de Gaza, et deux civils ont été blessés.

Le cousin du jeune palestinien a-t-il été battu par la police israélienne?

Jeudi, le cousin de la victime palestinienne a été arrêté par la police israélienne à Chouafat, un quartier de Jérusalem-Est, pour avoir jeté des pierres en marge d’une manifestation. Les parents de ce citoyen américain de 15 ans accusent la police de l’avoir battu lors de sa détention. Interrogé par l’AFP, le jeune homme a démenti avoir été l’auteur de jets de pierres jeudi. «J’ai été attaqué par deux flics et pendant qu’ils me tabassaient j’ai perdu connaissance. Puis je suis allé à l’hôpital et de là en prison», a-t-il témoigné. Dimanche, un tribunal de Jérusalem l’a condamné à neuf jours d’assignation à résidence.