Egypte: Plusieurs bombes explosent aux abords du palais présidentiel

MOYEN-ORIENT Deux policiers ont été tués dans l’attentat tandis que plusieurs balayeurs et d'autres policiers ont été blessés…

N.Beu. avec AFP

— 

Le palais présidentiel du Caire, en Egypte, le 29 novembre 2013.
Le palais présidentiel du Caire, en Egypte, le 29 novembre 2013. — Sabry Khaled/AP/SIPA

Le palais présidentiel du général Sissi a été ciblé ce lundi matin. Trois bombes ont explosé au Caire, faisant plusieurs blessés et tuant deux policiers selon des responsables de la sécurité, le jour du premier anniversaire des manifestations monstres contre le président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée.

La première bombe a blessé trois balayeurs, avant qu'une seconde ne tue un colonel de police et ne blesse trois policiers qui procédaient à un ratissage pour désamorcer d'éventuels autres engins. Une troisième a explosé quelques minutes plus tard, faisant cette fois plusieurs blessés et un mort parmi les policiers. Ceux-ci tentaient de désamorcer l'engin quand il a explosé, blessant plusieurs d'entre eux et arrachant la main d'un secouriste. Enfin, une quatrième bombe, découverte dans un jardin jouxtant le palais, a été désamorcée par les services de sécurité, ont précisé les responsables de la police.

Un groupe djihadiste avait prévenu il y a quelques jours avoir placé des bombes près du palais, situé dans l'est du Caire, mais avait affirmé ne pas les avoir fait exploser pour éviter de tuer des civils. La semaine dernière, cinq explosions avaient eu lieu dans des stations de métro et des bombes avaient visé un tribunal et un centre de télécommunication, faisant deux morts et six blessés. Ces attentats interviennent sur fond de répression des islamistes en Egypte. Les autorités judiciaires ont récemment confirmé 183 peines de morts, dont celle du Guide suprême des Frères musulmans de M. Morsi, destitué le 3 juillet 2013, et condamné à 7 à 10 ans de prison trois journalistes d'Al-Jazeera accusés de soutien à la confrérie.