Egypte: 12 pro-Morsi condamnés à mort pour meurtre ou tentative

© 2014 AFP

— 

Portrait du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée, daurant son procès, le 8 mai 2014
Portrait du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée, daurant son procès, le 8 mai 2014 — Tarek El-Gabass AFP

Douze partisans de l'ex-président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée ont été condamnés à mort mercredi en Egypte pour le meurtre d'un général de police ou des violences lors d'un raid des forces de sécurité dans un fief islamiste au Caire en 2013.

Vingt-trois personnes --dont 11 sont en fuite-- étaient jugées au Caire notamment pour «appartenance à une organisation jihadiste» et pour avoir participé à une riposte contre des commandos de policiers et militaires ayant investi un quartier de la capitale le 19 septembre 2013, dans le cadre de la sanglante répression visant les partisans de M. Morsi. Un général de la police avait été tué par balle.

Huit des condamnés à mort, dont celui qui était accusé du meurtre du général, sont détenus et quatre en fuite. Les 12 étaient également poursuivis pour «tentative de meurtre» sur les membres des forces de sécurité, selon un journaliste de l'AFP présent au tribunal qui les jugeait. Le verdict doit être confirmé ou infirmé le 6 août après l'avis du mufti d'Egypte, qui n'est pas contraignant.

Ces nouvelles peines capitale --des centaines ont déjà été prononcées contre des islamistes-- surviennent 10 jours après qu'Abdel Fattah al-Sissi, l'ex-chef de l'armée qui avait destitué et fait emprisonner M. Morsi le 3 juillet 2013, eut prêté son serment de président. Il a été élu fin mai avec 96,9% des voix mais après avoir éliminé toute opposition de la scène politique, islamiste ou laïque et libérale.