La Russie et l'Ukraine discutent d'un cessez-le-feu, deux journalistes russes tués

MONDE Ils ont été touchés par des tirs de l'armée ukrainienne...

avec AFP

— 

Manifestation contre le président russe Vladimir Poutine devant l'ambassade de Russie à Kiev, le 14 juin 2014
Manifestation contre le président russe Vladimir Poutine devant l'ambassade de Russie à Kiev, le 14 juin 2014 — Yuriy Kirnichny AFP

Les discussions sur un éventuel cessez-le-feu ont été perturbées par la mort de deux journalistes russes, mardi soir. Igor Korneliouk et Anton Voloshin ont été tués dans l'Est séparatiste de l'Ukraine par des tirs de mortiers des forces ukrainiennes.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a déploré l'incident et demandé l'ouverture d'une enquête. L'ambassadeur russe à l'ONU, Vitali Tchourkine, a affirmé que les journalistes avaient été «pris pour cible par les forces ukrainiennes».Son homologue ukrainien, Iouri Sergueiev, a souligné que le président ukrainien avait ordonné une enquête.

Le conflit compliqué par la crise gazière

Les présidents russe Vladimir Poutine et ukrainien Petro Porochenko, eux, ont discuté mardi soir d'un éventuel cessez-le-feu. «La conclusion d'un possible cessez-le-feu dans la zone des opérations militaires dans le sud-est de l'Ukraine a été évoquée», a révélé le Kremlin à l'issue des pourparlers durant lesquels Poutine a exprimé son inquiétude après la mort des deux journalistes et souligné l'importance d'assurer la sécurité des reporters en Ukraine.

Après l'espoir d'une détente né de premiers contacts entre Poutine et Porochenko, le ton est monté le week-end dernier. La crise gazière et la destruction en vol d'un avion militaire ukrainien (49 morts) ont alimenté les déclarations hostiles de part et d'autre. Une explosion sur une portion d'un gazoduc alimentant l'Europe en gaz russe s'est en outre produite dans le nord-ouest de l'Ukraine pour une raison indéterminée, sans affecter le transit, mais le ministre ukrainien de l'Intérieur Arsen Avakov a aussitôt évoqué la piste d'un «sabotage russe».

Dans ce contexte, le parlement ukrainien a adopté mardi soir une résolution pour renforcer d'ici à un mois la sécurité à la frontière avec la Russie. Depuis avril, au moins 320 personnes ont été tuées.