Trois Israéliens enlevés: L'armée israélienne arrête le président du Parlement palestinien

MONDE L'armée israélienne qui recherche trois Isréaliens disparus depuis jeudi a arrêté en tout 150 Palestiniens et un jeune est mort...

20 Minutes avec AFP

— 

Dimanche 15 juin, des milliers de juifs se sont rassemblés à Jérusalem  pour prier pour la libération des trois isréaliens disparus depuis jeudi dernier.
Dimanche 15 juin, des milliers de juifs se sont rassemblés à Jérusalem pour prier pour la libération des trois isréaliens disparus depuis jeudi dernier. — AFP

Un Palestinien a été tué par des soldats israéliens tôt ce lundi matin près de Ramallah, en Cisjordanie alors que l'armée conduisait des recherches pour retrouver trois Israéliens portés disparus depuis jeudi. Lundi matin, l'armée israélienne a arrêté le président du Parlement palestinien, Aziz Dweik, à Hébron, en Cisjordanie.

«L'armée se concentre sur ceux qui ont participé, ont été impliqués (dans l'enlèvement, NDLR) ou ont des informations sur le lieu où se trouvent Gilad Shaar, Naftali Frenkel et Eyal Yifrah», a affirmé dans un communiqué Peter Lerner, un porte-parole de l'armée. Il a en outre fait état de l'arrestation de 40 Palestiniens dans la nuit, portant ainsi à 150 le nombre d'arrestations depuis l'enlèvement des trois adolescents jeudi soir.

Le président palestinien Mahmoud Abbas a condamné lundi l'enlèvement de trois jeunes Israéliens dans le sud de la Cisjordanie, dénonçant ce rapt survenu jeudi ainsi que les «violations israéliennes qui ont suivi», dans un communiqué officiel.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait accusé le Hamas et répété qu'il tenait Mahmoud Abbas pour «responsable de toute attaque émanant d'un territoire sous contrôle palestinien».

Le Hamas en accusation

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a également pointé les «nombreux indices» qui indiquent une implication du mouvement islamiste, considéré par Israël et les Etats-Unis comme «une organisation terroriste». L'un des jeunes serait de nationalité américaine, selon les médias israéliens.

«Des terroristes du Hamas ont enlevé trois adolescents israéliens. C'est un fait et ce n'est pas une surprise (...) car le Hamas est voué à la destruction d'Israël», a déclaré Benjamin Netanyahu. Il a répété qu'il tenait le président palestinien Mahmoud Abbas pour «responsable de toute attaque émanant d'un territoire sous contrôle palestinien».

Le gouvernement palestinien a répondu qu'il «n'était pas responsable des zones en dehors du contrôle sécuritaire palestinien et qui sont occupées par des dizaines de colonies».

Selon les médias israéliens, les trois jeunes ont disparu alors qu'ils faisaient de l'auto-stop près du Gush Etzion, un bloc de colonies situé entre les villes palestiniennes de Bethléem et Hébron (sud de la Cisjordanie). Cette région est sous contrôle civil et militaire israélien.

«Campagne raciste»

Réunie à Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, la direction de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) a dénoncé une campagne «raciste» et rejeté les «fausses accusations» de Benjamin Netanyahu, estimant que la disparition des trois Israéliens n'était qu'« un prétexte pour étendre la colonisation ».

L'armée israélienne a monté une vaste opération de recherches dans la région de Hébron, mobilisant plus de 2.500 soldats, la plus importante depuis des années en Cisjordanie. La plus grande ville de Cisjordanie a été bouclée.

« Au cours des dernières 24 heures, nous avons élargi nos opérations et arrêté des dizaines d'activistes du Hamas », a déclaré un porte-parole de l'armée. Parmi les personnes interpellées, figure le député Hassan Youssef, l'un des fondateurs du mouvement islamiste.