Irak: Les djihadistes prennent le contrôle de Mossoul

MONDE Les combattants de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont enlevé le consul turc à Mossoul...

20 Minutes avec AFP

— 

Photo prise d'un véhicule blindé de l'armée irakienne en feu, le 10 juin 2014 à Mossoul, deuxième ville du pays, contrôlée désormais par les jihadistes
Photo prise d'un véhicule blindé de l'armée irakienne en feu, le 10 juin 2014 à Mossoul, deuxième ville du pays, contrôlée désormais par les jihadistes — AFP
Les djihadistes contrôlent depuis ce mercredi Mossoul, la deuxième ville d’Irak capturée la veille, et appellent les fonctionnaires à reprendre leur travail, selon des témoins.
Des centaines de djihadistes se sont emparés mardi coup sur coup de l’intégralité de la province de Ninive, dont Mossoul dépend, et avancent dans deux provinces voisines tandis que les autorités semblent impuissantes.

Dans la foulée, les combattants de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont enlevé le consul turc à Mossoul, deuxième ville d'Irak désormais aux mains de ce groupe jihadiste, en plus de 24 membres de son personnel.

Une branche indépendante d’Al-Qaïda

Les djihadistes, comptent parmi eux des membres de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL). Si l’EIIL n’a jamais fait allégeance au chef d’Al-Qaïda, il revendique cependant la même idéologie djihadiste, et veut installer un Etat islamique dans une région située entre la Syrie et l’Irak.

Les civils fuient vers le nord

Dans le même temps, des dizaines de familles continuaient à quitter Mossoul (350 km au nord de Bagdad) mercredi en direction de la région autonome du Kurdistan, plus au nord, ont indiqué des témoins.
Plus de 500.000 civils ont fui récemment les combats à Mossoul et sa région, a indiqué mercredi l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM).
Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, s’est dit «très inquiet» de la «détérioration» de la situation, tandis que Washington qualifiait l’EIIL de «menace pour la stabilité (…) de toute la région».