Syrie: Assad assuré d'une large victoire à la présidentielle

© 2014 AFP

— 

Un Syrien vote le 3 juin 2014 à Damas à l'élection présidentielle, devant une affiche du président sortant Bachar al-Assad, assuré de la victoire
Un Syrien vote le 3 juin 2014 à Damas à l'élection présidentielle, devant une affiche du président sortant Bachar al-Assad, assuré de la victoire — Louai Beshara AFP

Le président syrien Bachar al-Assad était assuré mercredi de remporter une large victoire à l'élection présidentielle controversée, qui devrait l'encourager à intensifier son combat contre la rébellion.

Ce scrutin, organisé dans les seules régions sous contrôle du régime Assad, a été dénoncé par l'opposition et ses alliés occidentaux, les Etats-Unis parlant de «honte», la France de «farce» et l'Otan affirmant que les résultats ne seraient pas reconnus.

Alors que les résultats définitifs du scrutin doivent être en principe connus jeudi soir, la presse officielle annonçait par avance une participation «très élevée» et une «victoire» de M. Assad, 48 ans, qui brigue un 3e mandat de sept ans.

Selon al-Watan, proche du pouvoir, le taux de participation «devrait se situer entre 70 et 80%» dans sept des quatorze gouvernorats du pays ravagé par plus de trois ans de guerre.

«Le candidat Bachar al-Assad se dirige vers la victoire (..) étant donné le nombre important de personnes ayant voté (pour lui). Seul le peuple est à même de tracer l'avenir du pays», affirme le journal.

M. Assad avaient deux concurrents, Hassan al-Nouri et Maher al-Hajjar, des inconnus considérés comme des faire-valoir au président.

«Face au complot, le peuple a choisi de reconduire ses dirigeants pour rétablir la sécurité, lutter contre le terrorisme et reconstruire le pays. Ce sont les slogans de la prochaine étapes», a affirmé le ministre syrien des Affaires étrangères Walid Mouallem, cité dans la presse.

Le régime Assad n'a jamais reconnu le mouvement de contestation lancé en mars 2011 et qui, après avoir été la cible d'une brutale répression, s'est transformé en rébellion armée qualifiée de «terroriste» par le pouvoir.

- 'Forte participation' -

Malgré la guerre qui fait plus de 162.000 morts, déraciné quelque neuf millions de personnes et laissé le pays en ruines, une partie de la population continue de soutenir M. Assad.

«Des millions de Syriens sont sortis voter bravant le terrorisme et les voitures piégées pour affirmer la légalité d'un nouveau mandat de Bachar al-Assad qui durera jusqu'à 2021», écrit encore Al-Watan.

«Les bureaux de vote ont été pris d'assaut. Cela reflète le haut degré de responsabilité envers les défis et la guerre terroriste contre lesquels doit lutter la Syrie», affirme le quotidien officiel as-Saoura.

Les journalistes de l'AFP ont constaté aussi une affluence importante, alors que le vote a été prolongé de cinq heures «en raison de l'afflux des électeurs» selon les autorités.

Paradoxalement, les rues étaient quasi désertes à Damas le jour du scrutin, en raison de la chute de nombreux obus tirés par les rebelles.

«Plus de 130 obus de mortier ont été tirés mardi sur Damas et ses environs tenus par le régime», tuant trois personnes, a indiqué le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane.

«Nous avons pris des mesures militaires secrètes pour empêcher les terroristes d'entraver le processus électoral. Ils ont centré leurs (actions) sur Damas et Alep, mais en votant massivement les gens ont défié le terrorisme et ceux qui le soutiennent», a affirmé à l'AFP un haut responsable militaire.

- 'Honte', 'Mascarade' -

Comme le jour des élections n'est pas férié, beaucoup d'employés du service public ont voté sur leur lieu de travail.

Le scrutin a été organisé dans les secteurs tenus par le régime, soit 40% du territoire où vivent 60% de la population.

La présidence syrienne a salué dans un communiqué «tous les Syriens ayant participé massivement à l'élection».

L’Occident qui soutient l'opposition syrienne modérée, a dénoncé la tenue d'élections dans un pays à feu et à sang, alors que l'OSDH a affirmé que le régime avait «forcé» des citoyens à voter sous peine d'arrestation.

«C'est une honte. Bachar al-Assad n'a pas plus de crédibilité aujourd'hui qu'il n'en avait hier», a dit le département d’Etat américain, pour qui la décision d'organiser un tel scrutin est totalement «déconnectée de la réalité».

«Les dictateurs ne sont pas élus, ils gardent le pouvoir par la force et la peur, ce sont les deux raisons qui poussent les Syriens à participer à cette mascarade», a affirmé de son côté le chef de l'opposition en exil, Ahmad al-Jarba.

Pour un autre opposant en exil, Michel Kilo, M. Assad, à travers ce scrutin, dit au monde: «Oubliez une solution politique internationale. C'est moi qui sors victorieux de ce conflit, c'est moi qui décide. Vous avez perdu».