Libye: un général dissident échappe à un attentat

© 2014 AFP

— 

Le portrait du général dissident Khalifa Haftar est brandi par une partisane qui manifeste le 23 mai 2014 à Benghazi, dans l'est du pays, en soutien de l'action menée par cet officier décidé à en finir avec les "groupes terroristes"
Le portrait du général dissident Khalifa Haftar est brandi par une partisane qui manifeste le 23 mai 2014 à Benghazi, dans l'est du pays, en soutien de l'action menée par cet officier décidé à en finir avec les "groupes terroristes" — Abdullah Doma AFP

Le général dissident a échappé mercredi à un attentat suicide à la voiture piégée contre un de ses quartiers généraux dans l'est de la Libye dans lequel trois de ses hommes ont péri, a indiqué à l'AFP un de ses commandants.

«Un attentat suicide à la voiture piégée a été perpétré contre une villa où nous étions réunis. Trois soldats ont été tués», a indiqué le général Sagr Al-Jerouchi, «chef des opérations des forces aériennes» loyales au général Haftar, soulignant que ce dernier, présent dans la maison au moment de l'attaque, était sain et sauf.

M. Jerouchi a indiqué avoir été lui-même «légèrement blessé» dans l'attentat, qui a eu lieu près de Benghazi, la grande ville de l'Est libyen.

Il s'agit de la première attaque visant Khalifa Haftar, un général dissident de 71 ans, depuis qu'il a lancé le 16 mai à Benghazi une offensive destinée selon lui à éradiquer les «groupes terroristes».

Benghazi est considérée comme le fief de nombreuses milices islamistes lourdement armées.

Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) avait appelé dimanche à combattre le général dissident, qualifié d'«ennemi de l'islam».

Ansar Asharia, un groupe classé «organisation terroriste» par les Etats-Unis, avait aussi prévenu que le général Haftar connaitrait le même sort que Mouammar Kadhafi, qui a dirigé la Libye pendant plus de 40 ans avant d'être tué en 2011, au terme de huit mois de conflit avec des rebelles.