Echange de prisonniers: Une «ouverture» pour négocier avec les talibans

AFGHANISTAN Selon le patron du Pentagone, Chuck Hagel...

avec AFP

— 

Le patron du Pentagne, Chuck Hagel
Le patron du Pentagne, Chuck Hagel —

Le patron du Pentagone Chuck Hagel a estimé dimanche que l'échange de prisonniers annoncé samedi entre un soldat américain retenu en Afghanistan et cinq détenus afghans de Guantanamo constituait une « ouverture » pour des négociations entre les Etats-Unis et les talibans. «Cela pourrait, cela devrait, et nous espérons que cela représentera une ouverture » dans les pourparlers entre Washington et les rebelles islamistes afghans, après l'échec de tractations directes en 2012, a déclaré le secrétaire à la Défense à la chaîne NBC, depuis Bagram en Afghanistan.

C'est sur cette base américaine que le sergent Bowe Bergdahl a été libéré samedi, après cinq années passées aux mains des talibans. « Nous étions engagés (dans un dialogue) avec les talibans jusqu'en 2012. Ils ont rompu ces négociations, nous n'avons aucune relation formelle avec eux depuis », a souligné M. Hagel. « Donc peut-être que (cet échange de prisonniers) sera une nouvelle ouverture qui conduira à un accord », a-t-il espéré. Des élus républicains ont toutefois émis de fortes réserves quant à l'accord conclu par Barack Obama sur cet échange de prisonniers, certains l'accusant même d'enfreindre la loi.

Course contre la montre

Mais la conseillère de sécurité nationale du président, Susan Rice, a assuré dimanche sur CNN que Washington avait dû agir vite en raison de l'état de santé du soldat de 28 ans qui se détériorait. « Ce n'est pas parce qu'il était retenu par les talibans, que nous n'avions plus le devoir de le ramener à la maison », a-t-elle insisté. « Il avait perdu beaucoup de poids et nous étions très inquiets que le temps joue contre nous, nous devions agir tant que nous en avions la possibilité », a-t-elle dit, précisant qu'il était devenu « nécessaire » de ne pas respecter l'obligation d'informer 30 jours à l'avance le Congrès de cette opération.