Élections européennes 2014: «L'Europe doit entendre ce qui s'est passé en France», juge Hollande...

BRUXELLES Mais pour David Cameron, est «trop grasse»...  

Maud Pierron

— 

Capture d'écran - le président français Francois Hollande s'adressant à la nation sur les chaînes de télévision depuis l'Elysée, le 26 mai 2014, au lendemain des élections européennes
Capture d'écran - le président français Francois Hollande s'adressant à la nation sur les chaînes de télévision depuis l'Elysée, le 26 mai 2014, au lendemain des élections européennes — AFP

Le président français François Hollande a affirmé mardi à Bruxelles que «l'Europe doit entendre ce qui s'est passé en France » lors des élections européennes, en demandant que «l'Europe change».

«Quand la France, pays fondateur de l'Union européenne, vote comme elle a voté dimanche (...), oui il y a un problème», a déclaré à son arrivée au sommet européen François Hollande, après la victoire de l'extrême droite dimanche en France, où le FN est arrivé en tête avec un quart des voix. «Ce n'est pas un problème seulement pour la France (...). C'est un problème aussi pour l'Europe, et l'Europe doit entendre ce qui s'est passé en France», a-t-il ajouté.

«Je veux que l'Europe change»

Il a réaffirmé sa volonté de continuer à «réorienter l'Europe, mais avec encore plus de force, parce que si dans quelques années l'Europe n'a pas répondu aux attentes alors il y aura d'autres votes en France comme ailleurs qui s'exprimeront contre l'Europe», a averti François Hollande.

« Je suis Européen, je veux que l'Europe change », a-t-il lancé. « Ce que je vais plaider aujourd'hui, ce n'est pas simplement de savoir qui sera le président de la Commission, c'est un contenu du mandat qui sera confié à la prochaine Commission ». Il a souhaité que ce mandat « soit tourné » vers la croissance, l'emploi, la transition énergétique.

« La France n'est pas affaiblie, c'est un grand pays, c'est le pays sans lequel l'Europe ne peut pas avancer », a-t-il plaidé.

L'Europe est «trop grosse» pour David Cameron

Mais son point de vue n'est pas partagé par tous les pays de l'UE, même ceux qui ont également subi une forte poussée d'un parti nationaliste. L'Union européenne est devenue «trop grosse, trop autoritaire, trop intrusive», a lancé mardi le Premier ministre britannique, David Cameron, en demandant à l'UE de se «concentrer sur la croissance et l'emploi».

Le résultat des élections européennes, qui ont vu une forte poussée des europhobes, est «un message clair que nous ne pouvons pas juste ignorer et continuer comme avant», a déclaré David Cameron en arrivant au sommet des dirigeants européens à Bruxelles.

Il a estimé que l'UE ne devait «pas en faire trop», ajoutant qu'il fallait agir au niveau des Etats quand cela était «possible» et au niveau de l'UE quand c'est «nécessaire». «Nous avons besoin à la tête» des institutions européennes «de personnes qui comprennent vraiment cela», a-t-il dit.