Elections européennes : Mauvais départ pour les eurosceptiques aux Pays-Bas

EUROPE Le populiste néerlandais Geert Wilders aurait essuyé jeudi un cuisant échec au coup d'envoi des élections européennes donné par les Pays-Bas et le Royaume-Uni…

C.P.
— 
Le leader du parti néerlandais europhobe  Geert Wilders le 20 mai à Bruxelles.
Le leader du parti néerlandais europhobe Geert Wilders le 20 mai à Bruxelles. — Yves Logghe/AP/SIPA

Une mauvaise soirée pour les europhobes. Jeudi soir aux Pays-Bas, un sondage à la sortie des urnes réalisé par Ipsos et publié par la télévision publique néerlandaise NOS, ne créditait le parti de Geert Wilders (PVV) que de 12,2 % des voix, contre 17 % cinq ans plus tôt. De quoi décrocher trois sièges au Parlement, contre cinq en 2009. Les centristes (15,6 %) et les chrétiens-démocrates (15,2 %), crédités de quatre sièges chacun, termineraient en tête du scrutin aux, selon la même source.

«Le PVV va continuer la lutte à Bruxelles»

«Les sondages à la sortie des urnes sont décevants», a reconnu Geert Wilders, s’adressant à ses partisans, la mine sombre, rassemblés dans un bar de la banlieue balnéaire de La Haye. Il a notamment regretté le faible taux de participation (37 %), qui l’a sans nul doute pénalisé. «Il y en a deux ou trois qui sont restés à la maison», a-t-il ironisé.

Les analystes avaient prédit que Geert Wilders pourrait souffrir de l’apathie de ses électeurs traditionnels, peu enclins à aller voter pour des Européennes qui ne déchaînent pas les passions aux Pays-Bas.

Geert Wilders a conclu une alliance avec le Front National français de Marine Le Pen, qui espère remporter 20 sièges en lieu et place de ses trois actuels et lorgne la place de premier parti français, et il espère rallier d’autres mouvements eurosceptiques après les élections pour former un groupe parlementaire de poids.

«Le PVV va continuer la lutte à Bruxelles et nous allons dès demain chercher à collaborer avec d’autres partis européens», a déclaré Geert Wilders.

Percée eurosceptique européenne attendue

Jeudi soir, sur les réseaux sociaux les observateurs de la politique néerlandaise appelaient toutefois à la prudence, les sondages de sortie d’urnes ayant déjà été erronés au Pays-Bas.

Les premiers résultats officiels ne seront connus que dimanche soir à 23h quand l’ensemble des 28 pays de l’UE auront terminé de voter. Et selon les derniers sondages d’opinion, cette défaite europhobe néerlandaise ne devrait pas entraver outre mesure la percée eurosceptique à l’échelle européenne, notamment en France et mais aussi au Royaume-Uni, où le parti europhobe Ukip qui détient neuf sièges de députés européens., pourrait en gagner plus d’une dizaine supplémentaire, selon des prévisions d’analystes.