Monde

La Corée du Nord prête à un compromis

NUCLEAIRE – Les discussions internationales sur le dossier semblent porter leurs fruits…

Alors que l’Iran continue de défier ouvertement la communauté internationale, avec son programme nucléaire, la Corée du Nord, elle, serait prête à un compromis sur ses armes atomiques.

Après des mois de discussions infructueuses, la nouvelle session de pourparlers réunissant six pays (les deux Corées, les Etats-Unis, la Chine, la Russie et le Japon) semble avoir porté ses fruits. Nord-coréens et Américains ont fait savoir qu’ils avaient évoqué le projet que les Chinois avaient fait circuler et précisé qu’«il y avait des points d’accords mais aussi des litiges», selon les termes de Kim Kye-gwan, chef de la délégation nord-coréenne.

Selon la presse sud-coréenne, le texte prévoit que la Corée du Nord gèle dans les deux mois sa principale installation nucléaire, le réacteur de Yongbyon, à 90 km au nord de Pyongyang, qui produit du plutonium susceptible d’être utilisé à des fins militaires, en échange d’une aide énergétique.

Bombe atomique

Cet accord s’il est finalement signé risque cependant de ne pas régler définitivement la crise du nucléaire nord-coréen. «Si la Corée du Nord gèle mais ne démantèle pas son programme nucléaire, la menace d’une autre crise nucléaire persistera. Pour obtenir un succès durable, toutes les parties impliquées dans les discussions doivent insister sur la dénucléarisation irréversible de la péninsule coréenne», juge Scott Snyder, spécialiste des questions coréennes au Forum du Pacifique.

En échange de l’abandon de ses activités nucléaires, la Corée du Nord exige une assistance économique, des garanties de sécurité et une amélioration de ses relations bilatérales avec Washington. Le réacteur de Yongbyon avait été gelé dans le cadre d’un accord conclu en 1994 avec les Etats-Unis. Mais le régime stalinien l’avait réactivé fin 2002 après avoir été accusé par Washington d’avoir repris son programme nucléaire en secret, déclenchant la crise avec la communauté internationale. Fin octobre Pyongyang a fait exploser sa première bombe atomique.