Inde: Modi, vainqueur des législatives, promet de «réaliser les rêves» des Indiens

MONDE «Je vais prendre votre amour et le transformer en progrès», a lancé le futur Premier ministre…

20 Minutes avec AFP

— 

Des Indiens photographient le portrait de Modi, vainqueur des législatives, le 16 mai 2014.
Des Indiens photographient le portrait de Modi, vainqueur des législatives, le 16 mai 2014. — Saurabh Das/AP/SIPA

Le futur Premier ministre de l'Inde, Narendra Modi, a promis ce vendredi de travailler à «réaliser les rêves des 1,2 milliard» d'Indiens pour ses premiers mots devant une foule aux anges, après l'éclatante victoire de son parti aux législatives.

«La fièvre de l'élection est retombée et le peuple a donné son verdict et nous dit que nous devons faire avancer l'Inde pour réaliser les rêves des 1,2 milliard d'Indiens», a-t-il déclaré depuis sa circonscription à Vadodara dans le Gujarat.

«Le soutien de tous est notre mantra»

«Il n'y a pas d'ennemis en démocratie, il n'y a qu'une opposition. Je vais prendre votre amour et le transformer en progrès avant mon retour», a ajouté Modi.

Les milliers de partisans de Modi ont scandé «Modi! Modi!» au moment où la tête d'affiche du parti nationaliste hindou Bharatiya Janata Party (BJP) a commencé à s'exprimer, faisant le signe de la victoire et arborant un large sourire.

«Le soutien de tous et le développement de tous est notre mantra et ce ne sont pas des mots creux, c'est notre esprit. C'est pourquoi le peuple nous a donné une majorité claire», a poursuivi Modi.

Relancer l’économie

Le parti nationaliste hindou a remporté une victoire éclatante vendredi, s'acheminant vers une majorité absolue pour sa seule formation, une première en 30 ans.

Modi, fils d'un vendeur de thé de 63 ans, a monopolisé l'attention pendant toute la campagne électorale, promettant d'incarner un pouvoir fort à même de relancer l'économie indienne tout en gommant son passé de dirigeant nationaliste hindou controversé.

Les critiques de Modi mettent en garde contre son intransigeance et rappellent que son passé inquiète la minorité musulmane vivant en Inde.