Boko Haram: Londres propose d'envoyer des renforts dont un avion de reconnaissance

MONDE Il est prêt à offrir un avion espion et son équipage pour retrouver les filles enlevées...

20 Minutes avec AFP
— 
Photo d'archives de l'école de Chibok au Nigeria, le 21 avril 2014, où ont été enlevées plus d'une centaine de lycéennes par le groupe islamiste extrémiste Boko Haram le 14 avril
Photo d'archives de l'école de Chibok au Nigeria, le 21 avril 2014, où ont été enlevées plus d'une centaine de lycéennes par le groupe islamiste extrémiste Boko Haram le 14 avril — - AFP

Londres a proposé d'étoffer son assistance au Nigeria en vue de la libération de quelque 200 lycéennes enlevées par le groupe islamiste armé Boko Haram, en envoyant notamment un avion de reconnaissance, a déclaré mercredi au parlement le Premier ministre britannique David Cameron.

«Aujourd'hui, je puis révéler que nous avons proposé au Nigeria une assistance supplémentaire, comprenant un avion de reconnaissance, une équipe militaire destinée à intégrer le Quartier Général de l'armée nigériane ainsi qu'une équipe qui se joindra aux experts américains qui analysent les informations relatives à la localisation des jeunes filles», a dit le chef du gouvernement.

Le ministère britannique de la Défense a précisé peu après que l'appareil de surveillance était un avion espion Sentinel et son équipage de cinq personnes.

Acte diabolique

«Il s'agit d'un acte totalement diabolique, et le monde fait cause commune non seulement pour le condamner, mais aussi pour faire tout ce qui est possible pour trouver ces pauvres filles», a ajouté le Premier ministre.

Il s'est par ailleurs élevé contre les propos du député travailliste Tom Clarke, reprochant au gouvernement nigérian «de ne pas avoir levé le petit doigt pour protéger ses propres ressortissants dans le nord du pays».

«Avec Boko Haram, ils sont confrontés à une organisation terroriste très brutale», a-t-il fait valoir.

Participer aux recherches

Il a assuré les autorités de Lagos d'un surcroit de coopération britannique dans la lutte anti-terroriste, dans la mesure où elle respecterait les droits de l'Homme.

Des militaires, diplomates et experts américains, britanniques et français sont à pied d'oeuvre au Nigeria pour participer aux recherches des lycéennes enlevées il y a un mois.

Le Foreign Office a précisé en fin de semaine que la mission britannique «ne va pas seulement prendre en compte les récents incidents mais aussi les solutions anti-terroristes à long terme, afin d'empêcher de telles attaques dans le futur, et de vaincre Boko Haram».