La France «regrette» que Barack Obama n’ait pas frappé la Syrie

MONDE L’Hexagone était décidé à intervenir aux côtés des Etats-Unis à l’automne 2013 avant qu’Obama ne fasse volte-face…

E.O. avec AFP

— 

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, le 6 mai 2014 à l'Assemblée nationale à Paris
Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius, le 6 mai 2014 à l'Assemblée nationale à Paris — Stéphane de Sakutin AFP

La France «regrette» que le président américain Barack Obama n’ait pas frappé la Syrie à l’automne 2013, a déclaré ce mardi à Washington Laurent Fabius.

«Nous le regrettons parce que nous pensons que ça aurait changé beaucoup de choses, à beaucoup d’égards, mais c’est un fait et nous n’allons pas reconstruire l’Histoire», a affirmé le ministre des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse.

14 utilisations d’armes chimiques

Laurent Fabius a par ailleurs affirmé que le régime de Damas a utilisé des armes chimiques à au moins 14 reprises depuis fin 2013. Le chef de la diplomatie française a évoqué des armes «en plus petites quantités, notamment du chlore».

En septembre 2013, la France était décidée à intervenir en Syrie aux côtés des Etats-Unis, jusqu’à ce que Barack Obama ne fasse volte-face et conditionne des frappes à un feu vert du Congrès.