Bagdad secouée par un attentat très meurtrier

©2006 20 minutes

— 

Bagdad de nouveau au coeur de la violence. Au moins cent trente personnes ont été tuées et plus de trois cents blessées samedi, lors de l'explosion d'un camion piégé dans un quartier populaire chiite. Un bilan très lourd qui en fait le deuxième attentat le plus meurtrier en quatre ans. Hier matin, la capitale irakienne, encore sous le choc des violences de la veille, était la cible de nouvelles attaques qui ont fait au moins onze morts.

A la suite de l'attentat de samedi, le grand ayatollah Ali Sistani, la plus haute autorité religieuse chiite en Irak, a fait savoir qu'il allait prendre en charge les frais d'hospitalisation de l'ensemble des personnes blessées, « comme il l'avait déjà fait lors de l'attentat de Sadr City ». Le 23 novembre dernier, deux cent deux personnes avaient été tuées dans ce quartier populaire chiite de Bagdad. Les violences confessionnelles font rage dans la capitale, où, selon les Nations unies près de dix-sept mille personnes ont péri en 2006. Un rapport des services de renseignements américains, partiellement rendu public vendredi, a d'ailleurs prévenu que la situation risquait de se dégrader encore davantage en Irak et parlé de signes de « guerre civile ».

Plus de cinquante mille soldats et policiers irakiens et trente-cinq mille soldats américains doivent participer au nouveau plan de sécurité pour la capitale, mais les renforts américains promis par le président américain George W. Bush arrivent au compte-gouttes.