Ukraine: Kiev appelle la communauté internationale à l'aide... L'OSCE demande un «cessez-le-feu»...

CRISE Suivez les événements de mardi en Ukraine en direct…

Nicolas Beunaiche

— 

Un checkpoint à Boryspil, à l'extérieur de Kiev, tenu par les forces de sécurité ukrainiennes, le 5 mai 2014.
Un checkpoint à Boryspil, à l'extérieur de Kiev, tenu par les forces de sécurité ukrainiennes, le 5 mai 2014. — Sergei Chuzavkov/AP/SIPA

Ce live est à présent terminé, merci de l'avoir suivi.

19h - Washington dénonce un projet de référendum «bidon» dans l'Est
Les Etats-Unis se sont dits mardi «inquiets des efforts déployés par des groupes pro-russes» pour organiser «un référendum bidon» le 11 mai dans l'Est de l'Ukraine, évoquant la répétition du «scénario» qui s'est joué en Crimée. «Si la Russie passe à la prochaine étape» et entre dans l'Est de l'Ukraine pour l'annexer, «de sévères sanctions européennes et américaines suivront», a mis en garde la porte-parole de la diplomatie américaine, Marie Harf.

18h16
18h15: Le G7 réaffirme son soutien énergique à l'Ukraine
Les ministres de l'Energie du G7 réunis à Rome ont «confirmé leur soutien» à l'Ukraine «en cas de situation critique» pour ses approvisionnements, a indiqué mardi la ministre italienne du Développement Federica Guidi. «L'énergie ne doit pas être utilisée comme un moyen de pression politique», ont indiqué, dans un communiqué final, les ministres des sept plus grands pays industrialisés, réunis depuis lundi. «Nous sommes très inquiets des implications des évènements en Ukraine sur la sécurité énergétique, du fait de la violation par la Russie de l'intégrité territoriale de l'Ukraine», ont-ils indiqué.
16h35
16h34: L'OSCE demande un «cessez-le-feu»
Le président de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), Didier Burkhalter, a appelé mardi à Vienne à un «cessez-le-feu» en Ukraine pour la tenue de l'élection présidentielle anticipée prévue le 25 mai. «Nous avons besoin d'un cessez-le-feu pour les élections», a déclaré Burkhalter à l'aéroport de Vienne.
16h33
16h20: L'Ukraine appelle la communauté internationale à l'aide
L'Ukraine a appelé mardi la communauté internationale à lui venir en aide pour l'organisation «libre et démocratique» de l'élection présidentielle anticipée prévue le 25 mai dans ce pays en crise. «Nous avons ainsi demandé à tous les partenaires d'envoyer des observateurs internationaux en Ukraine pour surveiller les élections» et de «faire tout ce qui est possible pour éliminer les menaces et provocations extérieures soutenues par la Russie en Ukraine», a déclaré à Vienne le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Andrïï Dechtchitsa. 
16h09
16h08: L'aéroport de Donetsk rouvert
L'aéroport de la ville de Donetsk (est de l'Ukraine), fermé dans la matinée pour des motifs inconnus, a repris ses vols dans l'après-midi, a indiqué son service de presse. «A partir de 15h30 [heure locale], l'aéroport international de Donetsk rétablit la réception et le départ des vols internes et internationaux», selon un communiqué. Tôt mardi, l'aéroport avait indiqué que tous les vols en provenance et en direction de Donetsk avaient été «temporairement suspendus», sans donner d'explication.
15h42
15h40: Merkel désapprouve la venue de Poutine en Crimée
Il serait «dommage» que le président russe, Vladimir Poutine, participe à une parade militaire en Crimée le 9 mai, a estimé la chancelière allemande, Angela Merkel.
D'après des médias russes, Poutine doit se rendre pour la première fois en Crimée depuis le rattachement de cette péninsule ukrainienne à la Russie pour y assister à la parade militaire du 9 mai qui commémore la victoire sur l'Allemagne nazie. «Je trouverais dommage qu'une telle journée soit utilisée dans un tel contexte de tensions pour organiser une parade», a déclaré Merkel, en réponse à la question d'un journaliste, lors d'une conférence de presse commune avec le président chypriote Nicos Anastasiades. «Le 9-Mai est un jour incroyablement important lié à la victoire contre le national-socialisme (...). Moi-même, j'étais à Moscou il y a quatre ans pour le 9-Mai car il était important pour moi (de montrer) que nous avons compris l'histoire et qu'il ne doit pas y avoir de recommencement», a-t-elle ajouté.
15h39
15h30: Le ministre allemand des Affaires étrangères alarmiste
Le ministre allemand des affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, a jugé mardi que le risque d'«une confrontation militaire en Ukraine» se rapprochait, et a de nouveau appelé à une nouvelle conférence internationale à Genève, dans un entretien accordé à quatre journaux européens. «Les images qui nous parviennent sont effrayantes et, notamment depuis la tragédie d'Odessa, nous ne sommes plus très éloignés d'une confrontation militaire en Ukraine», a jugé Steinmeier dans un entretien à Gazeta Wyborcza (Pologne), El Pais (Espagne), La Repubblica (Italie) et Le Monde (France).
15h06
15h06: Un organe de l'ONU condamne les violences
Le Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme a condamné mardi les violences en Ukraine, appelant les parties à essayer de réduire les tensions. «Nous sommes très préoccupés par l'explosion de violence en Ukraine, qui provoque de plus en plus de victimes et de destructions. Nous demandons à toutes les parties de faire davantage d'efforts pour trouver une solution pacifique à la crise», a affirmé le porte-parole du Haut Commissariat à Genève, Rupert Colville. La Haut Commissaire Navi Pillay a demandé dans un communiqué au gouvernement ukrainien de respecter les normes internationales dans ses opérations militaires, l'état de droit et les droits de l'homme de la population parlant russe. 
15h05
14h53: Lavrov ne veut pas de nouvelle conférence
Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a estimé mardi à Vienne qu'une nouvelle conférence à Genève sur l'Ukraine «n'apporterait pas grand-chose», et a plaidé en revanche pour «un dialogue national» ukrainien. «Se réunir à nouveau dans ce format, avec l'opposition à Kiev absente de la table de négociation, n'apporterait pas grand-chose», a-t-il lancé à l'issue d'une réunion du comité ministériel du Conseil de l'Europe. Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, avait plaidé dimanche en faveur d'une deuxième conférence à Genève, où l'Ukraine, la Russie, les États-Unis et l'Union européenne avaient conclu mi-avril un accord visant à une désescalade de la crise en Ukraine.
13h30: Le président de la Douma parle d'un «génocide»
Le président de la Douma (chambre basse russe) Sergueï Narychkine a affirmé mardi à Belgrade qu'il y avait un «génocide» en Ukraine au lendemain de combats qui ont fait plus de 30 morts dans la ville séparatiste pro-russe de Slaviansk.
«Nous sommes face à un génocide du peuple russe et ukrainien», a déclaré Sergueï Narychkine. «Une expédition punitive est en cours contre le peuple qui demande la protection des droits de l'Homme et la fédéralisation du pays», a dit le président de la Douma, qui effectue une visite de deux jours en Serbie, alliée traditionnelle de la Russie.
13h06
13h05: L'une des nouvelles du jour, de la part d'un correspondant français en Ukraine:
11h56
12h: Le tourisme russe en berne
L'Association des sociétés touristiques russes (Ator) a constaté une baisse de 30% des réservations de voyages en Russie depuis la montée de la tension entre Moscou et les Occidentaux au sujet de l'Ukraine. «Nous enregistrons depuis mars une baisse de 30% par rapport à l'année dernière du nombre des réservations touristiques venant des États-Unis et d'Europe», a indiqué mardi à l'AFP Maïa Lomidze, directeur exécutif de cette organisation qui regroupe les principales compagnies touristiques de Russie. «Avec la crise dans les relations entre la Russie et l'Occident, nombre de touristes craignent pour leur sécurité et l'attitude de la population envers eux.»
11h23
11h22: L'armée russe renforcée en mer Noire 
La Russie va consacrer plus de 86 milliards de roubles (1,75 milliard d'euros) d'ici 2020 au développement de sa flotte militaire en mer Noire, a annoncé mardi le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou. «Nous allons créer cette année de nouvelles unités de défense anti-aérienne et d'infanterie de marine dans les bases de notre flotte», a déclaré le ministre, cité par l'agence Interfax. «La flotte de la mer Noire va recevoir cette année de nouveaux sous-marins, des navires de surface de dernière génération», a-t-il également déclaré. 
10h52
10h53: Un bilan de 34 morts dans l'Est
«Plus de 30» insurgés pro-russes et quatre soldats ukrainiens ont été tués lors des récents combats dans la zone de Slaviansk, a indiqué mardi le ministre de l'Intérieur, Arsen Avakov.
«Selon nos estimations, plus de 30 terroristes ont été tués et des dizaines blessés», a écrit le ministre sur sa page Facebook dans la nuit de lundi à mardi. «Il y avait beaucoup (de gens) de Crimée et de Russie», y compris des «Tchétchènes», a-t-il ajouté. «Quatre de nos combattants ont été tués et 20 blessés», a-t-il également indiqué, confirmant un précédent bilan. 
10h49
10h48: La Grande-Bretagne accuse la Russie
La Russie «cherche à déstabiliser» l'organisation de la présidentielle du 25 mai en Ukraine, a accusé le chef de la diplomatie britannique, William Hague. «La Russie semble avoir l'intention d'empêcher et de perturber ces élections», a-t-il insisté devant quelques journalistes à Vienne.
10h24
10h25: Hollande veut mettre Poutine «sous pression»
Le président de la République veut croire en la diplomatie. Pour lui, l'enjeu prioritaire est «permettre que le président qui sortira vainqueur [du scrutin présidentiel] puisse être légitime aux yeux de tous», ce que ne veulent pas «les Russes, Vladimir Poutine». «Il doit être sous la pression», a-t-il déclaré  sur BFMTV et RMC. Une pression qui «doit être exercée par l'Europe tout entière, par les Etats-unis, à travers les sanctions», a-t-il ajouté.
10h15

La situation mardi matin
Après 
l’intermède Odessa, c’est l’est de l’Ukraine qui refait l’actualité en Ukraine en ce début de semaine. Lundi, les combats y ont fait au moins quatre morts et plusieurs dizaines de blessés, donnant un peu plus de crédit encore au scénario de guerre civile que la communauté internationale redoute. Ce mardi, le parlement ukrainien se réunira à huis clos à Kiev, tandis que Vienne accueillera une réunion du comité ministériel du Conseil de l'Europe axée sur l’Ukraine. Y sont attendus une trentaine de ministres, dont le Russe Sergueï Lavrov et l'Ukrainien Andriï Dechtchitsa.