Nigeria: Les lycéennes enlevées par Boko Haram seront traitées en «esclaves», «vendues» et «mariées» de force

VIOLENCES Le groupe terroriste a revendiqué ces séquestrations ce lundi...

20 Minutes avec AFP

— 

Au Nigeria, le 24 février 2014 dans la nuit l'attaque  d'un lycée du nord-est du Nigeria attribué aux islamistes de Boko Haram a fait 43 morts.
Au Nigeria, le 24 février 2014 dans la nuit l'attaque d'un lycée du nord-est du Nigeria attribué aux islamistes de Boko Haram a fait 43 morts. — AMINU ABUBAKAR / AFP

Le groupe islamiste armé Boko Haram a revendiqué lundi, dans une vidéo obtenue par l'AFP, l'enlèvement de plus de 200 lycéennes mi-avril dans le nord-est du Nigeria, qui a suscité une très vive émotion dans le pays et à l'étranger.

«J'ai enlevé vos filles Je vais les vendre sur le marché, au nom d'Allah», a déclaré le chef du groupe extrémiste Abubakar Shekau dans une vidéo de 57 minutes obtenue par l'AFP. Il évoquait les 276 lycéennes enlevées le 14 avril dans leur établissement scolaire de Chibok (nord-est), dans l'Etat de Borno, dont 53 ont réussi à s'enfuir et 223 sont toujours en captivité, selon la police.

Un tolé dans le pays

Les lycéennes enlevées seront traitées en «esclaves», «vendues» et «mariées» de force, selon ce chef qui déclare avoir enlevé les lycéennes parce que «l'éducation occidentale doit cesser» et que les filles «doivent quitter» l'école et «être mariées».

Elles ont été kidnappées au cours d'une attaque dans un établissement scolaire situé à Chibok, ville de l’État de Borno. Cet enlèvement sans précédent soulève un tollé dans le pays car selon certaines informations, elles auraient été mariées de force dans des pays frontaliers.