Afghanistan: Un glissement de terrain pourrait avoir fait 2.500 morts

MONDE Suite à des pluies torrentielles...

20 Minutes avec AFP

— 

Localisation du glissement de terrain en Afghanistan
Localisation du glissement de terrain en Afghanistan — AFP

Au moins 350 personnes ont péri vendredi dans le nord-est de l'Afghanistan à la suite de glissements de terrain provoqués par des pluies torrentielles, les autorités craignant un bilan encore plus élevé en raison des milliers de personnes disparues ou ensevelies.

«Les premières informations que nous avons recueillies à partir des témoignages des habitants montrent que 2.500 personnes, dont des femmes et des enfants, pourraient avoir péri», a déclaré Shah Waliullah Adeeb, le gouverneur du Badakhshan.

Des glissements de terrain ont recouvert des zones habitées

 

A la suite des pluies torrentielles qui ont balayé la province ces derniers jours, des glissements de terrain ont recouvert des zones habitées, touchant principalement le village d'Aab Bareek où vivent plusieurs centaines de famille, selon les autorités afghanes.

Selon le vice-gouverneur de la province, Mohammad Baidaar, «le village a été frappé par deux glissements de terrain en l'espace d'une heure». Le premier a touché principalement «des villageois qui se trouvaient dans deux mosquées du village pour la prière du vendredi», le deuxième «frappant ceux qui étaient venus les secourir».

Vers 21h locales (16h30 GMT), le bilan était de «350» morts, a annoncé la mission de l'ONU en Afghanistan (Unama), précisant que les services de l'ONU travaillaient avec les autorités locales pour secourir des victimes «encore piégées» dans les décombres.

2.500 personnes pourraient avoir trouvé la mort

Mais le bilan humain pourrait encore être plus lourd, alors que «300 familles», étaient toujours portées disparues plusieurs heures après le glissement de terrain, a indiqué Sayed Abdullah Homayun Dehqan, le directeur de la branche locale de l'Agence afghane de gestion des situations de crise (ANDMA).

Le gouverneur de la province, Shah Waliullah Adeeb, a même indiqué que «2.500 personnes, dont des femmes et des enfants, pourraient avoir trouvé la mort», tout en soulignant que ce chiffre, établi sur la base de «témoignages des habitants», devait encore être confirmé.