Etats-Unis: Une exécution ratée suscite l'émoi

EXECUTION Le condamné est mort d'une «importante crise cardiaque» 43 minutes après le début de l'injection...

20 Minutes avec AFP
— 
Manifestation contre la peine de mort le 29 juin 2013 devant la Cour suprême à Washington
Manifestation contre la peine de mort le 29 juin 2013 devant la Cour suprême à Washington —

Voilà qui devrait apporter de l'eau au moulin de ceux qui sont opposés à la peine de mort. L'exécution d'un Américain s'est particulièrement mal déroulée mardi soir en Oklahoma, conduisant au report immédiat d'une deuxième exécution prévue deux heures plus tard, a-t-on appris auprès des autorités pénitentiaires.

Le directeur des prisons Robert Patton a ordonné l'arrêt de l'exécution de Clayton Lockett, après avoir constaté un «échec de l'intraveineuse» et conclu que les «médicaments n'entraient pas dans le système» veineux, a indiqué à l'AFP Jerry Massie, porte-parole des prisons.

Mais le condamné est mort d'une «importante crise cardiaque» 43 minutes après le début de l'injection alors que les trois médicaments prévus eurent été injectés, a ajouté le porte-parole.

Une nouvelle procédure jamais testée

Le directeur a immédiatement décrété le report de 14 jours de l'exécution de Charles Warner, qui était prévue à 20h (3h mercredi heure française), a-t-il encore indiqué. L'Oklahoma avait programmé mardi soir sa première double exécution en près de 80 ans, en dépit des appels répétés des deux condamnés qui réclamaient des informations sur le nouveau protocole d'injection létale prévu par les autorités pénitentiaires.

La nouvelle procédure de l'Oklahoma, qui n'a jamais été testée, comporte trois produits, un sédatif, un anesthésiant et du chlorure de potassium à dose létale.