Un enlèvement «à l'irakienne» déjoué en Grande-Bretagne

©2006 20 minutes

— 

La méthode irakienne des enlèvements s'exporte en Grande-Bretagne. La police a annoncé hier l'arrestation de neuf terroristes présumés, britanniques d'origine pakistanaise, à Birmingham (centre de l'Angleterre). Selon une source sécuritaire, ces hommes prévoyaient de reproduire le modèle des enlèvements d'étrangers en Irak, avec décapitation filmée et mise à mort diffusée sur Internet. Leur cible ? Un jeune soldat musulman de l'armée britannique, ayant servi en Afghanistan. L'opération, déjouée après environ six mois d'enquête, était prévue dans les prochains jours.

Ce complot marque « une approche différente du terrorisme au Royaume-Uni », ont déclaré des sources sécuritaires à la BBC. Le niveau d'alerte terroriste est actuellement qualifié par les services de renseignements intérieurs britanniques (MI5) de « grave », le deuxième sur une échelle de cinq, indiquant qu'un attentat est « très probable ».

Ce coup de filet intervient au lendemain de la publication d'un sondage quelque peu alarmant. En effet, 37 % des Britanniques musulmans âgés de 16 à 24 ans affirment dans une étude de l'Institut Independant Policy Exchange, qu'ils préféreraient être régis par la charia plutôt que par la loi britannique. Une minorité significative d'entre eux – 13 % – déclare également « admirer des organisations comme Al-Qaida, prêtes à combattre l'Occident ».

Ces opérations médiatisées inquiètent les Pakistanais de Birmingham. « Cela va nuire à l'intégration et faire des dégâts dans la communauté », expliquait un vendeur, hier.