Polémique à Washington sur les armes irakiennes

© 20 minutes

— 

Règlement de comptes, doigts accusateurs, langues qui se délient : la révolte gronde dans les services secrets américains, peu désireux d’être victimes de la polémique sur une possible exagération par l’administration Bush de la menace irakienne. La semaine dernière, le nº 2 du Pentagone, Paul Wolfowitz, a avoué que la décision d’insister sur les armes de destructions massives avait été prise car « tout le monde pouvait tomber d’accord » dessus.