Deux sommets pour une paix

© 20 minutes

— 

Tout faire pour relancer le dialogue au Proche-Orient et mettre un terme à près de trois ans d’Intifada. C’est la position que semblent avoir adoptée Ariel Sharon et Abou Mazen à la veille de deux sommets cruciaux pour la région. Demain, à Charm el-Cheikh, en Egypte, George Bush doit rencontrer les dirigeants des pays arabes modérés. Il va leur demander un soutien dans la mise en oeuvre de la « feuille de route », ce plan de paix international qui prévoit la création d’un Etat palestinien en 2005. Le lendemain, le président américain s’entretiendra, pour la première fois, avec les Premiers ministres israélien et palestinien. Du coup, chacun redouble d’ardeur pour recevoir les bons points de Washington. Hier, Ariel Sharon a envisagé le démantèlement de colonies sauvages israéliennes dans les territoires palestiniens. Deux jours plus tôt, après une rencontre jugée « positive » avec Abou Mazen, il avait annoncé des mesures « d’allégement » pour les Palestiniens. Le bouclage des territoires, totalement asphyxiés depuis des mois, a notamment été assoupli. 25 000 ouvriers palestiniens vont donc pouvoir travailler en Israël. Avant le début de la seconde Intifada, en septembre 2000, ils étaient 300 00 à passer quotidiennement la frontière. De son côté, Abou Mazen a restructuré ses services de sécurité et discute ardemment avec les groupes armés, notamment les islamistes du Hamas, sur une proposition de trêve des attaques contre Israël. Ces derniers devraient donner leur réponse dans « les prochains jours ». Une réponse lourde de conséquences pour la paix au Proche-Orient. C. Lemaistre

retrait L’arrêt des violences, notamment des attentats suicides, le gel de la colonisation et le retrait de Tsahal des territoires palestiniens figurent parmi les impératifs de la « feuille de route ».