Vatican: Foule et forêt de drapeaux aux abords de la basilique Saint-Pierre

RELIGION Pour la double canonisation...

M.P. avec AFP

— 

La foule se presse Via de la Conciliazione le 26 avril 2014 à Rome à à quelques heures de la cérémonie de canonisations
La foule se presse Via de la Conciliazione le 26 avril 2014 à Rome à à quelques heures de la cérémonie de canonisations — Tiziana Fabri AFP

Une nuée de fidèles a commencé à affluer au Vatican aux premières heures de dimanche pour la double canonisation historique du populaire pape Jean Paul II et du pape du Concile, Jean XXIII dans ce qui pourrait constituer la plus grande foule depuis les obsèques du pape polonais en 2005.

Par vagues de milliers de fidèles que la police retenait et faisait avancer, afin que l'occupation de la place Saint-Pierre et de l'avenue se fasse sans bousculade, une foule pour la plupart jeune avançait en direction de la place Saint-Pierre. Enthousiasme et fatigue marquaient les visages après la nuit blanche.Au milieu de l'avenue, deux rangées de barrières métalliques sont installées en vue du parcours que le pape doit faire après la messe pour rencontrer les fidèles du monde entier.

Première absolue dans l'histoire de l'Eglise, cette double canonisation aura lieu en présence de deux papes, François et son prédecesseur Benoît XVI .La cérémonie débutera par des chants à 9h30 (7h30 GMT), et le pape François fera son entrée sur le parvis de la basilique peut avant 10h00 (08h00 GMT). Au total, entre 800.000 à un million de participants sont attendus au Vatican et dans tout Rome où des écrans géants ont été installés pour permettre aux pèlerins d'assister -en 3D- à un spectacle sans précédent.

En mondovision

Dès 07h00, (05h00 GMT), la grande Via de la Conciliazione qui mène à la basilique Saint-Pierre était une forêt de drapeaux, principalement polonais. L'un d'entre eux, immense et tenu par des ballons, flottait au-dessus de la place. Les fidèles, que la police retenait et faisait avancer par vagues, affluaient par milliers en direction de la place Saint-Pierre. Enthousiasme et fatigue marquaient les visages après la nuit blanche. Beaucoup ont dormi dans les parages, dans des sacs de couchage posés à même l'herbe ou les bancs. Ou participé à des veillées de prières.

Le rite de la canonisation, retransmis en mondovision et des centaines de cinémas dans le monde, aura lieu au début de la cérémonie. Devant les portraits d'Angelo Roncalli et Karol Wojtyla, déroulés sur la façade, François arrivera en procession. Puis le préfet de la cause des saints, le cardinal Angelo Amato, prononcera en latin trois requêtes successives pour demander à François d'inscrire les deux papes dans le registre des saints. Une répétition qui entend manifester la solennité du moment. Deux reliquaires seront portés près de l'autel: l'un contenant une petite fiole de sang de Jean Paul II, l'autre un morceau de peau de Jean XXIII.

Messe dépouillée

Une messe assez dépouillée s'ensuivra, avec un Evangile chanté en latin et en grec, une homélie du pape François, la distribution de la communion par des centaines de prêtres et de diacres puis une bénédiction du Regina Coeli (prière à la Vierge) à toute la foule.

Puis 98 délégations d'Etats ou d'organisations internationales, dont 24 chefs d'Etat et têtes couronnées - du roi d'Espagne au président zimbabwéen Robert Mugabe - défileront devant François. Le Premier ministre Manuel Valls représente la France. Ensuite, le pape argentin se livrera à son exercice préféré: un bain de foule, dans une voiture découverte.

Après l'élection de François, cette double canonisation est perçue comme un événement pouvant contribuer à dissiper le souvenir d'années marquées par des scandales, notamment la pédophiles, et réconcilier deux sensibilités différentes de l'Eglise incarnées par ces deux papes.