Russie: Le groupe Yves Rocher accusé de faire le jeu de Poutine

JUSTICE Un écrivain russe reproche à la marque française de faire le jeu de Poutine en poursuivant un opposant russe pour détournements financiers...

N.Beu. avec AFP

— 

L'enseigne Yves Rocher.
L'enseigne Yves Rocher. — CHAUVEAU NICOLAS/SIPA

Un petit parfum de polémique. Alors que les dirigeants de l’entreprise française Yves Rocher sont impliqués dans une procédure les opposant à l’un des détracteurs du Kremlin, Alexeï Navalny, l’écrivain russe Boris Akounine a pris sa plume ce mercredi pour leur adresser un appel. Son objectif: obtenir qu’Yves Rocher fasse marche arrière dans ce procès où Navalny est accusé de détournements financiers.

Ce procès contre le charismatique avocat de 37 ans «s’inclut dans une série de procès fabriqués, grâce auxquels le régime autoritaire tente d’exclure [Navalny] de la vie politique», a dénoncé dans une lettre ouverte Boris Akounine, proche de l’opposition russe. «Vous avez ainsi aidé le pouvoir poutinien à isoler cet homme de la société», a poursuivi l’écrivain, connu pour ses romans policiers historiques traduits dans le monde entier.

Un demi-million d’euros détourné?

«Si le plus célèbre opposant russe va en prison à cause de l’entreprise française la plus connue en Russie, le nom d’Yves Rocher deviendra un symbole de honte», a-t-il mis en garde. Alexeï Navalny, l’un des chefs de file de la vague de contestation contre le régime de Vladimir Poutine, est accusé avec son frère Oleg d’avoir détourné 27 millions de roubles (546.000 euros) à la marque de cosmétiques française en Russie.

Le procès, qui s’ouvre jeudi, pourrait valoir à l’opposant jusqu’à dix ans de prison. «Je ne sais pourquoi vous avez accepté de participer à ce jeu peu glorieux: sans doute qu’un refus aurait été une source de graves problèmes pour vos diverses activités en Russie», a écrit Akounine.

«La patrie de la liberté»

«Yves Rocher Vostok a traité cette affaire comme l’aurait fait toute entreprise indépendante susceptible d’avoir été victime (…) et n’entend pas faire d’autres commentaires à ce stade», a réagi un porte-parole de l’entreprise dans un mail envoyé à l’AFP. Il s’agit de la troisième affaire judiciaire en une semaine dans laquelle Navalny, un avocat aux accents parfois nationalistes, connu pour avoir révélé sur Internet des cas de corruption, est cité.

«Ne vous taisez pas», a demandé Boris Akounine aux dirigeants d’Yves Rocher. «Rappelez-vous que vous n’êtes pas seulement des hommes d’affaires, vous êtes aussi les citoyens d’un pays qui est considéré, dans le monde, comme la patrie de la liberté et des droits humains.»