Ukraine: La Russie répondra si ses intérêts sont attaqués, assure Lavrov

RUSSIE Le ministre des Affaires étrangères a fait référence à la guerre éclair menée en Géorgie...

N.Beu. avec AFP

— 

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le 17 avril 2014 à Genève
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, le 17 avril 2014 à Genève — Alain Grosclaude AFP

La Russie répondra si ses intérêts sont attaqués en Ukraine, de la même manière qu'ils l'avaient été en Géorgie en 2008, ce qui avait mené à une intervention armée, a affirmé mercredi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

«Si nos intérêts, nos intérêts légitimes, les intérêts des Russes étaient attaqués directement, comme par exemple ils l'avaient été en Ossétie du Sud [territoire séparatiste en Géorgie], je ne vois pas d'autre manière que de répondre, dans le respect du droit international», a expliqué Lavrov à la chaîne télévisée RT. «Une attaque contre les citoyens russes est une attaque contre la Russie», a-t-il ajouté. En 2008, une guerre éclair avait opposé la Russie à la Géorgie, à l'issue de laquelle Moscou a reconnu l'indépendance de deux territoires séparatistes pro-russes dans ce petit pays du Caucase, l'Ossétie du Sud et l'Abkhazie.

Lavrov accuse les Américains

Ces déclarations font suite à l'annonce par les autorités de Kiev de la reprise de l'opération «antiterroriste» contre les séparatistes de l'Est de l'Ukraine, quelques heures seulement après le départ du vice-président américain Joe Biden, en visite officielle. A cette occasion, le chef de la diplomatie russe a estimé que les décisions du pouvoir ukrainien étaient «dirigées» par les Etats-Unis.

«Il est clair qu'ils ont choisi le moment de la visite du vice-président américain pour annoncer la reprise de l'opération, parce que l'opération avait été déclenchée immédiatement après la visite à Kiev de John Brennan [patron de la CIA]», a déclaré Lavrov. «Je n'ai aucune raison de ne pas croire que les Américains dirigent ce spectacle de la manière la plus directe», a-t-il ajouté.