Nicolas Hénin: Une évasion ratée trois jours après son enlèvement en Syrie

MONDE Le journaliste a été retenu pendant dix mois…

20 Minutes avec AFP

— 

Pierre Torrès (à g.) et Nicolas Hénin, deux des journalistes français qui étaient retenus en otage en Syrie.
Pierre Torrès (à g.) et Nicolas Hénin, deux des journalistes français qui étaient retenus en otage en Syrie. — HO / TORRES FAMILY/BENOIT SCHAEFFER / AFP

Nicolas Hénin, l'un des quatre journalistes français otages en Syrie durant dix mois, a affirmé s'être évadé trois jours après son enlèvement le 22 juin et avoir été repris par ses ravisseurs au bout d'une nuit de fuite.

«Le principal risque je l'ai surtout pris trois jours après mon enlèvement, parce que je me suis évadé, que j'ai passé une nuit en liberté à courir dans la campagne syrienne avant de me faire rattraper par mes ravisseurs», a-t-il raconté dans une interview diffusée samedi soir par la chaîne France 24. Lui et les trois autres journalistes, Didier François, Edouard Elias et Pierre Torrès, ont été relâchés dans la nuit de vendredi à samedi par leurs ravisseurs.

«Longue errance de lieux de détention en lieux de détention»

«En tout, je suis passé par une dizaine de lieux de captivité (...). La plupart du temps, avec d'autres personnes, notamment Pierre Torrès qui m'a rejoint assez vite. Cela a été une longue errance de lieux de détention en lieux de détention», a poursuivi le reporter du magazine Le Point. «Epuisé, vraiment fatigué (...) et surtout rempli d'une immense joie», Nicolas Hénin a désigné ses ravisseurs comme «un groupe qui se réclamait d'un mouvement djihadiste».

«D'habitude, on n'était pas très bien nourris, et des gardiens sont venus dans notre cellule, nous ont apporté un repas au-dessus de l'ordinaire, et puis nous ont demandé si on voulait manger davantage, ce qui n'arrivait d'habitude jamais», a-t-il raconté en parlant de ses dernières heures de détention. «Là, on s'est dit: Il y a quelque chose… Et en effet, on a pas eu le temps de toucher à cette nourriture, puisqu'on est venu nous voir dans la minute suivante en nous disant: allez hop, on part à la frontière», a-t-il poursuivi.

Didier François, 53 ans, grand reporter à Europe 1, et le photographe Edouard Elias, 23 ans, avaient été enlevés au nord d'Alep le 6 juin 2013. Nicolas Hénin, 37 ans, reporter à l'hebdomadaire Le Point, et Pierre Torrès, 29 ans, photographe indépendant, avaient été enlevés le 22 juin à Raqqa.