Sanglante guerre des clans à Gaza

©2006 20 minutes

— 

Dix-sept Palestiniens ont été tués en moins de 48 heures dans de violents affrontements qui se poursuivaient samedi entre les mouvements rivaux Hamas et Fatah dans la bande de Gaza, les plus graves depuis la victoire électorale du mouvement islamiste voilà un an.
Dix-sept Palestiniens ont été tués en moins de 48 heures dans de violents affrontements qui se poursuivaient samedi entre les mouvements rivaux Hamas et Fatah dans la bande de Gaza, les plus graves depuis la victoire électorale du mouvement islamiste voilà un an. — Said Khatib AFP

Vingt-sept Palestiniens tués en trois jours, dont un enfant de 11 ans, des attaques au mortier et à la roquette, les négociations suspendues entre les deux partis rivaux, le Hamas et le Fatah... Dans la bande de Gaza, la guerre des clans fait rage. L'anarchie règne désormais sur ce petit territoire de 362 km2 où s'entassent plus de 1,3 million d'habitants. Ce week-end fut le plus violent depuis l'arrivée au pouvoir du parti islamiste, il y a un an. Un attentat visant des hommes de la Force exécutive, contrôlée par le Hamas, a mis le feu aux poudres.

Ces violences ont entraîné la rupture du dialogue entre le Hamas et le Fatah pour la formation d'un gouvernement d'union nationale, qui permettrait de sortir de la crise. Le Hamas a décidé de l'interrompre vendredi après le tir d'une roquette contre le domicile du ministre des Affaires étrangères, Mahmoud Zahar (du Hamas) à Gaza. Malgré l'appel au calme du Premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh, rien ne semble pouvoir faire cesser les explosions de violence. Celles-ci ont commencé le 16 décembre quand le président palestinien Mahmoud Abbas, incapable de contrôler la situation, a décidé de convoquer des élections anticipées. Le Hamas avait crié au coup d'Etat. Pour tenter de trouver une issue à la crise, le chef du Hamas, Khaled Mechaal, exilé à Damas (Syrie) a affirmé hier que son mouvement était favorable à la proposition du roi d'Arabie saoudite pour une réunion palestinienne « urgente » à La Mecque. Abbas s'est aussi dit prêt à y assister.

Faustine Vincent

Les Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa, liées au Fatah, ont revendiqué hier l'enlevement à Naplouse de onze membres du Hamas et d'un responsable local.