Des objets ayant appartenu à Napoléon volés en Australie

MONDE  Ils ont été volés dans un musée de Mornington, au sud-est du pays…

20 Minutes avec AFP
— 
Portrait de Napoléon Bonaparte, par Francois Gérard, au musée delle Porcellane,  Florence, Italie
Portrait de Napoléon Bonaparte, par Francois Gérard, au musée delle Porcellane, Florence, Italie — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Une mèche des cheveux de Napoléon et des objets inestimables ont été volés dans un musée australien, qui abrite une collection rassemblée par une famille anglaise, devenue proche de l'empereur lors de son exil à Sainte-Hélène.

Les cambrioleurs se sont introduits dans le bâtiment situé sur la péninsule de Mornington, dans l'Etat de Victoria (sud-est), a annoncé mardi la police.

Elle estime que le vol pourrait être l'œuvre d'«une commande» passée par un collectionneur privé.

Dix objets dérobés

«Parmi les objets volés figurent une bague et un pendentif contenant des cheveux de Napoléon, un ruban sur lequel Napoléon a écrit en 1815, et une boîte à tabac à priser», selon un communiqué de la police.

Les voleurs se sont introduits via la salle de bain du musée installé dans une maison ancestrale, Briars Park. Le vol s'est produit jeudi soir dernier.

Parmi les dix objets dérobés figure aussi un encrier en argent incrusté de trois Napoléon d'or qui auraient été trouvés dans la poche de l'empereur déchu à sa mort. Et des miniatures du personnage historique et de sa première épouse, Joséphine.

Ce sont des objets «qui n'ont pas de prix car ils sont irremplaçables. Nous sommes bouleversés», a déclaré Steve York, le conservateur du musée à la chaîne de télévision Australian Broadcasting Corporation. Le reste de la collection - quelque 500 objets - a été déplacé pour plus de sécurité.

Pour un collectionneur privé?

Selon la police, le vol n'a pas duré plus de dix minutes et semble avoir été soigneusement préparé. «Nous pensons que (les objets volés) sont vraisemblablement destinés à un collectionneur privé. Il pourrait bel et bien s'agir d'une commande», a avancé un responsable policier, Michael Lamb.

De tels objets seraient en outre très difficiles à vendre au grand jour, a-t-il ajouté. La collection a été assemblée par les descendants du Britannique Alexander Balcombe, qui avait connu Napoléon à Sainte-Hélène, la petite île de l'Atlantique Sud où l'empereur exilé par les Anglais a fini sa vie le 5 mai 1821.

Napoléon s'était installé dans un pavillon près de la demeure familiale des Balcombe à son arrivée en 1815, en attendant que sa résidence officielle soit achevée. Le père, William Balcombe, travaillait pour la compagnie des Indes.

Devenu adulte, Alexander a acheté une propriété sur la péninsule de Mornington, près de Melbourne, qu'il a baptisée du nom du domaine que possédait la famille à Sainte-Hélène, The Briars.