Siniora appelle au calme

©2006 20 minutes

— 

Ce n'est pas la première fois que Fouad Siniora se montre ému. Hier encore, le Premier ministre libanais avait la voix qui tremblait en appelant, en arabe, ses concitoyens au calme.

Ce proche de Rafic Hariri, le Premier ministre assassiné auquel il a succédé après les élections de juin 2005, n'a pas la partie facile depuis novembre dernier et les débuts du mouvement d'opposition lancé par le Hezbollah chiite et ses alliés les chrétiens Michel Aoun et Sleimane Frangié. Il doit même faire face à une crise politique et économique sans précédent. « Son gouvernement n'est pas considéré comme légitime par l'opposition et cela ne va pas changer après la conférence de Paris », observe Judith Cahen, de l'Institut français des relations internationales. Une situation qui ne laissait pas d'inquiéter hier, certains évoquant un retard dans le versement des aides du fait de la situation politique.

A. L. G.