Deux membres de la RAF réclament leur liberté

©2006 20 minutes

— 

Les années passent, pas les mauvais souvenirs. Après presque vingt-cinq ans derrière les barreaux, deux meneurs de la Fraction armée rouge (RAF), Brigitte Mohnhaupt et Christian Klars, demandent leur remise en liberté, ce qui provoque de vifs débats en Allemagne. « Je serais ulcérée s'ils sortaient de prison », a déclaré Waltrude Schleyer, veuve du patron des patrons assassiné par les activistes d'extrême gauche. « Pas de repentir, pas de grâce », a également tranché le quotidien conservateur Bild. « Absurde » car « le concept de repentir ne signifie rien dans un Etat de droit », lui a rétorqué le journal de gauche antilibéral Taz (Tageszeitung). L'éventuelle remise en liberté des deux anciens membres de la bande à Baader, responsable d'une campagne sanglante à la fin des années 1970, provoque une vive émotion outre-Rhin. Si elle leur est accordée, ne resteraient en prison que Birgit Hogfeld et Eva Haule.