La Tunisie lance un appel aux dons pour sauver le village de Dark Vador

MONDE Le pays veut sauver l'un des sites de tournage de l'épopée intergalactique...

20 Minutes avec AFP

— 

L'un des sites de tournage de Star Wars, en Tunisie.
L'un des sites de tournage de Star Wars, en Tunisie. — BACHMANN/SIPA

La Tunisie a annoncé mardi avoir lancé une campagne internationale de levée de fonds pour sauver l'un des sites de tournage de l'épopée de science-fiction Star Wars, situé dans le Sahara et menacé par les dunes.

Les décors de Mos Espa, la ville d'origine d'Anakin Skywalker -le futur Dark Vador- et à ce titre mythique pour les nombreux fans de la saga, sont plantés à Ong Jmel, dans le sud tunisien.

Objectif: récolter 300.000 dinars tunisiens, soit 137.000 euros

Le ministère du Tourisme tunisien s'est uni à des associations pour lancer la campagne «Save Mos Espa», qui vise à rassembler près de 300.000 dinars tunisiens (137.000 euros) pour déblayer le site et le restaurer, certaines installations s'étant fissurées sous l'effet du sable.

«Mos Espa est située dans une région très venteuse, menacée par des dunes mobiles qui se déplacent sous l'effet du vent au rythme de 15 mètres par an. Une dune ensevelit déjà plus de 10% du site», a expliqué mardi à la presse Nabil Gasmi, de la Chambre de développement du tourisme oasien et saharien (CDTOS), l'une de ces associations.

«Nous avons réussi à enlever 8.000 mètres cubes de sable en 12 jours. Malheureusement des pièces se sont déjà effondrées», a-t-il ajouté. L'Etat tunisien a avancé 160.000 dinars pour lancer les travaux, et un appel aux dons a été lancé lundi sur une plateforme de financement participatif pour rassembler 45.000 dollars. Le reste doit être financé par des mécènes et des dons.

Pour un répit de huit ans

«Toute opération (de désensablement) est forcément temporaire parce que la zone est vivante», a précisé Fahmi Houki, un responsable du ministère du Tourisme, lors de la conférence de presse. Mais les travaux devraient accorder un répit de huit à dix ans au site, selon Nabil Gasmi.

L'opération s'inscrit dans le cadre de toute une stratégie établie par le ministère du Tourisme avec la société civile pour faire du Sud, «une région très mal valorisée», «l'un des pôles du tourisme en 2014», et «pour passer d'un tourisme balnéaire à d'autres types de tourisme, saharien ou culturel», a ajouté Sonia M'barek, une célèbre chanteuse nommée ambassadrice du tourisme saharien par le ministère.