Brésil: Les femmes qui portent des vêtements provocants méritent d'être violées

20 Minutes

— 

Illustration de maillots de bain à la mode au Brésil
Illustration de maillots de bain à la mode au Brésil — REX FEATURES/SIPA

Une majorité de Brésiliens considèrent qu'une femme portant des vêtements provocants mérite d'être violée, a révélé cette semaine un sondage gouvernemental, provoquant l'ire de nombreux militants et de la présidente Dilma Rousseff sur les réseaux sociaux.

Si elles se comportaient mieux, il y aurait moins de viols

Selon ce sondage de l'Institut d'enquête économique du gouvernement (IPEA), 65,1% des 3.810 personnes des deux sexes interrogées ont acquiescé à cette affirmation: «les femmes portant des vêtements qui laissent voir leur corps méritent d'être violées».

Dans la même veine, 58,5% des sondés considèrent que «si les femmes se comportaient mieux, il y aurait moins de viols».

Levée de boucliers

La publication de ce sondage a provoqué une levée de boucliers de citoyens et d'activistes, qui ont multiplié sur les réseaux sociaux les condamnations face à cette idée consistant à attribuer à la femme la responsabilité des violences sexuelles.

 

La présidente Dilma Rousseff a elle-même estimé sur son compte Twitter que l'étude démontrait que «la société brésilienne a beaucoup de progrès à faire et a appelé» le gouvernement et la société à travailler ensemble contre la violence contre les femmes.