Une photo de la manifestante ukrainienne Olesya Zhukovskaya, publiée sur le compte Twitter EurMaidan des manifestants, le 20 février 2014.
Une photo de la manifestante ukrainienne Olesya Zhukovskaya, publiée sur le compte Twitter EurMaidan des manifestants, le 20 février 2014. — Capture d'écran / Twitter

ZOOM

Ukraine: Les égéries de la révolution

Retour sur les personnalités qui sont passées de l’ombre à la lumière à la faveur de la crise ukrainienne, avant de retomber dans l’anonymat...

Pendant les mois de crise qui ont secoué l’Ukraine, des inconnus sont passés de l’ombre à la lumière. Retour sur quatre figures féminines qui ont émergé pendant ce conflit, avant de retomber dans l’anonymat.

Lidia Pankiv, la manifestante amoureuse d’un policier

Sur les barricades de la place Maïdan, outre les affrontements et la violence, cette journaliste et manifestante de 24 ans a trouvé l’amour. A la mi-décembre, alors qu’elle fait face aux policiers sur la place Maïdan, Lidia Pankiv, échange son numéro avec un autre manifestant. A quelques mètres, Andreï, un policier n’en perd pas une miette: la jeune femme lui plaît, il mémorise le numéro et lui envoie un message quelques jours plus tard: «Je me souviens de ton numéro mais je ne connais pas ton nom. J’étais en face de toi dans la nuit avec un bouclier. Quand tu nous as empêchés d’avancer, j’ai compris que je voulais t’épouser. Andreï.» Elle commence par lui battre froid et lui demande de «baisser [s]on bouclier», avant de lui donner rendez-vous dans l’idée de «le convaincre qu’il était du mauvais côté». «Je n’avais certainement pas l’intention de tomber amoureuse de lui. Mais quand je l’ai vu, quand j’ai commencé à lui parler, c’est ce qui s’est passé», a-t-elle raconté à la télévision ukrainienne.

Olesya Zhukovskaya, l’infirmière blessée de Maïdan

Le tweet de cette manifestante de 21 ans, infirmière volontaire aux côtés des opposants ukrainiens, avait inquiété le réseau social le 20 février dernier. Elle venait de poster «Я вмираю», soit «Je meurs» en ukrainien, après avoir été blessée par balles au niveau du cou durant les affrontements entre policiers et manifestants. Cependant, la jeune femme, devenue symbole des violences en cours dans la capitale ukrainienne, a survécu à ses blessures et a rassuré sur son état de santé dès le lendemain en postant un nouveau tweet: «Je vis! Merci à tous ceux qui m’ont soutenue et ont prié pour moi!». La jeune femme est aujourd’hui complètement rétablie, même si elle garde encore la cicatrice de sa blessure.

Les présentatrices de Russia Today

Abby Martin et Liz Wahl n’étaient pas en Ukraine pendant la crise, mais elles y ont tout de même participé. Début mars, Abby Martin, présentatrice américaine de la chaîne publique russe en langue anglaise Russia Today, qui travaille depuis Washington, aux Etats-Unis, a terminé son émission en direct en condamnant une «agression militaire» russe en Ukraine et la couverture partiale du conflit par les médias. Deux jours plus tard, sa collègue Liz Wahl a annoncé en direct sa démission de la chaîne. «Je ne peux pas travailler pour une chaîne financée par le gouvernement russe qui couvre les agissements de Poutine. Je suis fière d’être Américaine et je suis pour la diffusion de la vérité. C’est pourquoi, après ce journal, je démissionne», a-t-elle dit.

La nouvelle procureure de Crimée, Natalia Poklonskaya

Malheureusement pour elle, la jeune femme de 33 ans, plus importante personnalité de Crimée en ce qui concerne la Justice, n’est pas vantée sur Internet pour ses compétences intellectuelles. Non, la jeune femme, nommée procureure de Crimée le 11 mars dernier, est devenue en une petite quinzaine de jours le fantasme d’une partie des internautes japonais. A la suite de sa première conférence de presse après sa nomination, des internautes se sont en effet empressés de l’imaginer en héroïne de mangas… Ce qui ne lui plaît pas vraiment.

 

» Et vous, quelles personnalités, féminines ou masculines, vous ont marqué(e) s durant la crise en Ukraine? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.