Vol MH370: Le détail de la dernière heure de communication dévoilé

MONDE «The Telegraph» révèle ce samedi les derniers échanges entre l'avion et les contrôleurs aériens...

Florence Floux

— 

Les ministres malaisiens des Affaires étrangères Anifah Aman et de la Défense et des Transports Hishammuddin Hussein lors d'une conférence de presse le 18 mars 2014 à Kuala Lumpur
Les ministres malaisiens des Affaires étrangères Anifah Aman et de la Défense et des Transports Hishammuddin Hussein lors d'une conférence de presse le 18 mars 2014 à Kuala Lumpur — Mohd Rasfan AFP

On connaissait déjà la dernière phrase des pilotes du vol MH370 disparu il y a maintenant deux semaines à la tour de contrôle. On connaît désormais le contenu de la dernière heure de conversation. The Telegraph publie ce samedi les échanges entre le cockpit de l'engin et la tour de contrôle ainsi que d'autres contrôleurs aériens lors des 54 dernières minutes de communication enregistrées. 

>> Les autres disparitions mystérieuses à lire par ici

D'après des experts interrogés par le quotidien, qui s'est procuré la retranscription des échanges, ceux-ci semblent tout à fait «normaux» pour un vol long-courrier. Toutefois, le journal relève deux faits marquants. Le premier message de cette conversation, intervenu à 1h07 du matin, confirme que l'avion vole à 35.000 pieds. Ce que le pilote a déjà indiqué quelques minutes auparavant. Ce premier échange apparaît donc parfaitement inutile, d'après The Telegraph.

Coïncidence ou acte délibéré?

Deuxièmement, cette indication corespond à la dernière transmission Acar avant que le système de l'avion ne soit délibérément coupé. Et qu'il a lieu juste au moment où le vol MH 370 quitte la zone de contrôle malaisienne de Kuala Lumpur pour entrer dans celle d'Ho Chi Min, au Vietnam.

Ce passage d'une zone de contrôle à l'autre constituerait le moment idéal pour s'emparer de l'avion, d'après un ancien pilote de ligne interrogé par The Telegraph: «Si je devais voler un avion, c'est à cet endroit que je le ferais. C'est le seul moment du vol où il aurait pu ne plus être aperçu à partir du sol l'espace d'un instant.»

Les recherches à l'oeil nu se poursuivent ce samedi dans l'océan indien et alors que la colère monte parmi les familles de disparus chinois.